Bienvenue dans le monde du média montréalais…

J’ai lu et relu et encore relu bon nombre de fans de l’Impact sur les internets et spécialement sur Twitter se plaindre de la couverture médiatique de l’équipe, trop peu présente selon plusieurs dans nos médias dits traditionnels.

À la réunion des membres, la première question posée au triumvirat de Legendre-Saputo-Klopas n’avait rien à voir avec Drogba, Ciman, Soumaré, Bernier, le 4-2-3-1 ou le nombre de hot-dogs à 2 piasses qu’on peut commander. Je paraphrase, mais ça ressemblait à peu près à ceci: “Voyons donc! Quossé ça TVA Sports? Ils parlent de plein de niaiseries avant de parler de l’Impact!”.

La réponse : c’est de votre faute. Non ce n’était pas la réponse de Richard Legendre, qui est resté beaucoup plus poli sur son partenaire d’affaires. C’est plutôt ma réponse. Vous êtes partisan de l’Impact, vous aimeriez être informé de ce qui se passe dans votre club. Vous vous tournez vers TVA Sports. Le reste c’est de votre faute…

Je suis pas un expert en la matière, loin de là, et ce n’est pas parce que je travaille dans la grande tour que j’ai plus de crédibilité que quiconque, mais voici ce que je pense de nos médias montréalais et du reste de la province par surcroît : Ce sont des entreprises.

Et des entreprises, ça veut faire de l’argent.

Ceux qui pensent qu’un média sert à informer la population malheureusement se trompe. Pourquoi un média resterait en vie en ne faisant aucun argent? La beauté de la chose? Non. L’entreprise, peu importe qui elle est, veut faire de l’argent.

Maintenant, demandez-vous à qui appartient les médias et vous aurez une bonne idée de ce qui passe comme contenu dans ces mêmes dits médias. Est-ce qu’on peut blâmer RDS, CTV, de parler en premier de son produit (La signature d’Alex Galchenyuk) avant l’arrivée de Didier Drogba? C’est peut-être hypocrite de dire que c’est parce que Montréal est une ville de hockey qu’on doit en parler en premier, mais si vous aviez un poste de télévision, un journal, vous voudriez parler de vos produits en premier avant de parler du produits des autres entreprises.

Mais alors, TVA Sports vous me direz? Ils n’ont pas encore les Nordiques, alors pourquoi eux aussi? Parce que les contrats de publicité dans tous les médias de l’entreprise sont beaucoup plus payants quand on vend un nombre X élevé de lecteurs, d’abonnés, de téléspectateurs, et le produit numéro 1 qu’ils vendent, c’est le Canadiens.

Alors c’est votre faute, point à la ligne… C’est dommage, mais c’est comme ça. Quand on consomme le produit des médias traditionnels, on accepte que le produit ne soit pas nécessairement celui qu’on veut. En revanche, il existe plein d’autres alternatives sur le net. Je ne les connais pas toutes, c’est à vous de les découvrir, mais je peux vous dire que j’ai appris plus sur le football en écoutant le Kan Football Club sur choq.ca, que dans n’importe quel grand médias.

En même temps, ceci n’est pas du tout pour dénigrer le travail de ceux qui couvrent l’Impact dans les grands médias. Je suis certain qu’eux aussi aimeraient être en début de bulletin, qu’on parle en premier de leur reportage etc.

Mais ce ne sera jamais comme ça… À moins qu’un jour, l’Impact devienne le produit de ces dits médias.

Au lieu de demander à ce que les médias fassent leur travail, ce qu’ils font très bien selon moi quand on analyse le produit qu’ils veulent vendre, demandez à ce que l’Impact soit accessible et couvert journalistiquement. Mais pas nécessairement dans les médias traditionnels.

C’est un peu ça la magie des Internets! (Merci au Sportnographe!)


Cet article a été rédigé par Benoit Normand

Bio de Benoit : Fan des trop de poutine, mais surtout des Saputo d’or. Fier Papa de celle qui marquera le but de la victoire en 2035. Travaille chez CBC/Radio-Canada.

Sur Twitter @ben_ito89

Laisse nous ton commentaire

commentaires