Du cinéma afro sur TF1 avec la plateforme VOD Afrostream

Une plateforme de téléchargement payante de cinéma afro sera lancée en mars prochain par TF1 en partenariat avec Afrostream. Des films comme 12 Years a Slave ou Ray côtoieront des productions comme Timbuktu ou des films de Nollywood.

Intitulé “AfrostreamVOD”, le catalogue est déjà en partie disponible en ligne. TF1 veut proposer à court terme une centaine d’oeuvres (films, téléfilms et séries) du cinéma “afro”, dont des classiques, comme “12 Years a Slave” ou “Ray”, mais aussi “Bande de filles”, film français sorti en 2014, et “Timbuktu”, du Mauritanien Abderrahmane Sissako, qui a triomphé aux César en décrochant sept trophées.

Alors que Netflix s’est apprêté à bouleverser le paysage audiovisuel, son alter-ego, Afrostream est arrivée en Juin 2014 pour proposer un service de vidéo à la demande spécialisé. Il permettra à des millions de fans d’avoir accès à une base illimitée de films et de séries africaines, afro-américaines et afro-caraïbéennes.

Il y a “beaucoup de films africains, avec les films nigérians de Nollywood, et tout le cinéma du Cameroun, du Bénin, du Sénégal”, précise Tonjé Bakang, directeur d’Afrostream, la plateforme de streaming partenaire de TF1.

C’est en 2013 que Tonjé Bakang, 34 ans, a décidé de créer Afrostream, un service de vidéo à la demande qui donnera, pour la première fois, un accès illimité aux séries et aux films africains, afro-américains et afro-caribéens. Lassé par la faible représentation des Noirs dans les médias traditionnels, cet autodidacte fait partie de cette génération montante qui souhaite changer la donne.

“Cela fait plus de 15 ans que je consacre ma carrière à monde du divertissement. En 2005, j’ai été celui qui à introduit le Stand up en France à travers la production du spectacle Comic Street Show au Réservoir Club puis au théatre le Splendid. Ce rendez-vous des nouveaux talents de l’humour français fut le premier concept à réunir sur la même scène Thomas Ngijol, Fabrice Éboué, Claudia Tagbo, Amelle Chabi, Noom Diawara, Matthieu Madénian, Frédéric Chau et le Comte de Bouderbala.”

“Mon but était de faire la promotion des talents issus de la diversité comme cela se faisait déja aux Etats-Unis. Quelques mois après notre lancement, le concept et les comédiens ont été récupéré par Jamel Debouze qui a renommé mon concept Comic Street Sow en Jamel Comedy Club. Ce premier échec fut une expérience déterminante pour la suite de ma carrière. Suite à cela j’ai travaillé en collaboration avec France 2 sur la création d’une série innovante qui n’a finalement pas vu le jour puis j’ai produit la pièce de théatre Couscous aux Lardons, sur la thématique du couple mixte et j’ai dirigé pendant 3 ans le théâtre Montorgueil à Paris.”

“Aujourd’hui je suis l’un des co-fondateurs – aux côtés de Ludovic Bostral – et le CEO d’Afrostream. Afrostream est le service de video à la demande par abonnement qui donne à des millions de fans un accès illimité aux films et séries africaines, afro-américaines, afro-caraïbeenes. Avec Afrostream, nous proposons une plate-forme unique pour donner accès aux oeuvres audiovisuelles afro, partout et n’importe quand, avec des vidéo à la demande sous-titrées (multilingues et dialectes), une offre multi-support (ordinateur, tablette, smartphone) ainsi qu’un abonnement mensuel sans engagement à moins de 6 euros.”

Avec plusieurs millions de fans sur un marché inexploité le marché est théoriquement porteur.

Très bien entouré d’une équipe composée de Ludovic Bostral (spécialiste de la vidéo en ligne sur M6) et d’autres collaborateurs, Tonjé Bakang et son équipe avait initialement l’idée de proposer une plateforme unique qui proposera des vidéos HD à la demande sous-titrés (multilingues), une offre multi-support (ordinateur, tablette, smartphone), le tout pour un abonnement mensuel et sans engagement. Et à terme, c’est même la réalisation de fictions qui est envisagée en mettant la lumière sur des réalisateurs prometteurs.

Avant de lancer officiellement son catalogue illimité en avril 2015, à la manière de Netflix, la plateforme Afrostream s’associée à TF1 pour construire son contenu consacré aux films afros. Le projet a démarré sur les chapeaux de roues il y a un an, avec 1 million d’euros de budget, dix employés et deux associés. Sur la base d’un concept simple : il suffit de souscrire à un abonnement pour accéder, de manière illimitée, au catalogue proposé par Afrostream.

AfroStream a notamment eu une double récompense avec « le Grand prix du jury » et le prix « Communautés » décernées par des fonds d’investissements comme Elaia Capital, ISAI, Kima Ventures, XAnge, AfricAngels et KissKissBankBank lors de l’événement ChopMyMoney organisé à la Mutinerie.

La ministre Fleur Pellerin soutient AFROSTREAM

Double récompense pour AFROSTREAM

“Il y a un vrai lien dans la diaspora afro, qu’elle soit afro-américaine, africaine et même caribéenne, dans les thématiques. Avoir tous ces films sur une même plateforme peut permettre aux spectateurs de découvrir tout un univers qu’il ignore”, ajoute Tonjé Bakang.

Afrostream ne veut pas verser dans la récrimination velléitaire, mais plutôt proposer une solution au problème en devenant bien plus que “le Netflix afro”. C’est ce que l’équipe s’évertue à réaliser chaque jour, notamment en montant des partenariats avec des sociétés de production indépendantes et de grands groupes de distribution. “Pour que ces questions évoluent, il ne faut pas combattre un système, mais plutôt essayer de le changer en apportant de nouvelles propositions”, soutient Bakang.

TF1, pour qui certains de ces films n’ont pas “vocation” à être diffusés directement à l’antenne, fait valoir le même argument: “La VOD permettra de sortir certains de ces films de l’obscurité.”

“Pour que ces questions évoluent, il ne faut pas combattre un système, mais plutôt essayer de le changer en apportant de nouvelles propositions”, soutient Bakang.

Ces films seront disponibles en VF et en VO sous-titrée pour un prix situé entre 3 et 5 euros.

Pour aller plus loin :

StartupBRICS : Startup : Focus sur AfroStream, le « Netflix Afro » qui cible l’Afrique et sa diaspora http://startupbrics.com/afrostream-netflix-afrique/
Jeune Afrique: Afrostream, la diversité en accès illimité http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2822p070.xml0/
Tech of Africa : Découverte : AfroStream, Le Netflix du contenu Afro http://www.techofafrica.com/decouverte-afrostream-netflix-du-contenu-afro/
20 minutes : TF1 lance une plateforme VOD consacrée au cinéma «afro» : http://www.20minutes.fr/cinema/1546323-20150222-tf1-lance-plateforme-vod-consacree-cinema-afro

Laisse nous ton commentaire

commentaires

Comments are closed.