City Models Africa, la nouvelle agence de la mannequin Ajuma Nasenyana

La top modèle du Kenya,Ajuma Nasenyana, a établi un partenariat City Models Paris pour la première agence internationale de mannequins au Kenya. Un lancement qui se déroulera au mois de décembre à l’ambassade française de Nairobi.

Le nouveau modèle d’agence sera officiellement lancée à la résidence de l’ambassadeur français à Nairobi cette semaine. City Models Paris est l’une des plus célèbres agences de mannequins d’Europe et grâce à City Models Africa, la top model Ajuma Nasenyana vise à établir des normes de classe internationale en Afrique de l’Est dans la gestion de talents. C’est aussi l’occasion de créer un pont vers Paris pour la nouvelle génération de mannequins africains.

Ajuma Nasenyana

Au sujet de la Paris Fashion Week, Adama Paris de la Black Fashion Week, déclarait dans le Huffington Post.

[quote_box_center]Je pense qu’il serait grand temps que ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique arrive en France : c’est à dire boycotter et pointer du doigt les créateurs qui ne donnent pas leur place aux mannequins issus des minorités.

La France n’est pas le reflet de ce que cette industrie de la mode nous montre et nous impose : je me sens portée par un grand mouvement fait de personnes de tous horizons qui s’enthousiasment de prendre leur juste place au pays des droits de l’homme et de la diversité.[/quote_box_center]

Né à Lodwar, le chef-lieu du district de Turkana, dans la province de la vallée du Rift au Kenya, Ajuma a fait ses débuts dans la piste dans le concours de Miss Tourisme Kenya en 2003 et a été couronnée Miss Nairobi. Sa carrière a décollé avec Ford Models et son entrée dans la compétition « Supermodel of the World ». Elle a notamment défilé sur les podiums aux côtés de Naomi Campbell et Alex Wek dans New York Fashion Week et a été l’égérie principale de la designer britannique Vivienne Westwood.

Ajuma Nasenyana est très engagée contre le blanchiment de peau pratiquée par certaines femmes noires afin de se conformer à des standards de beauté occidentaux. Elle déclarait au Daily Nation « Il semble que le monde conspire contre nous, qu’il y’a quelque chose de mauvais à être une Kenyane aux cheveux crépus et à la peau noire. Ces marques qui promeuvent le blanchiment de la peau et qui font des affaires au Kenya me choquent. Ce n’est pas correct pour une blanche de nous dire d’éclaircir notre peau. »

Ajuma Nasenyana

Cependant Ajuma a constaté aussi qu’au Kenya sa peau sombre est loin d’être considérée comme un idéal.  Je n’ai jamais essayé de changer de peau. Je suis naturelle. Les gens en Europe et en Amérique aiment ma peau sombre. Mais ici, au Kenya, dans mon pays d’origine, certains considèrent que ce n’est pas attirant » a-t-elle déploré. Elle est également très critique de l’influence des médias occidentaux sur les Kenyans et admet qu’ils sont constamment bombardés par les magazines et les publicités qui vantent la peau plus claire. « Quand vous feuilletez les magazines de mode comme Vogue et vous ne voyez que des modèles blancs seulement, alors vous avez le sentiment qu’il y a un problème avec le fait d’être noir. Ce n’est pas normal. » a-t-elle expliqué. Ajuma Nasenyana saisit toutes les occasions qu’elle a de parler contre éclaircissement de la peau et de la discrimination dans le monde du mannequinat.

City Models Africa représente une opportunité pour les femmes africaines d’être plus représentés sur les podiums internationaux. Mais Ajuma , qui a collaboré avec tout le monde de Victoria Secret à Carlos Mienes, a aussi l’ambition de lancer ligne de cosmétiques et produits de soins naturels pour les femmes noires. Son rêve ? Que ses produits peuvent inspirer ses pairs à aimer leur peau au lieu de la blanchir.

Crédit Photo : Ajuma Nasenyana

Laisse nous ton commentaire

commentaires