Claudy Siar, Kery James, François Durpaire nous parlent de l’échec

Le jeudi 31 octobre 2013, Bertrand DELANOË l’actuel maire de Paris nous invita à la table ronde de la conférence:” On n’est pas condamné à l’échec”, avec notamment Claudy Siar, Kery James, et François Durpaire.

A la lecture du carton d’invitation, je me réjouissais d’avance à l’idée de rencontrer le maire de Paris. Cependant, ma joie fut de courte durée car Monsieur Delanoë était bel et bien absent. En revanche nous avons eu le plaisir et la chance d’être accueilli par Bruno Juillard, l’adjoint au maire de Paris. La conférence s’est déroulée dans un des plus beaux salons de l’Hôtel de ville. Le personnel de la mairie était sur son 31, ce qui n’était malheureusement pas le cas de certaines personnes conviées. Toutes les personnes présentes, mis à part le personnel de la mairie, effectuaient leurs premiers pas dans cette salle si prestigieuse.

Claudy Siar

Programme de la conférence :

17h: Tous les invités s’installent les uns après les autres, cependant seuls les premiers arrivés purent s’asseoir tant l’affluence était importante.

17h15-19h15: Kery James arrive dans la salle, accompagné de sa garde rapprochée. Les intervenants prennent place à leurs tours. En tout, ce sont donc cinq personnalités qui nous font face. Nous découvrons leurs parcours semés d’embûches et donc tous plus intéressants les uns que les autres. Dressons le portrait de quelques uns de nos intervenants. Le premier à s’être lancé fut Claudy Siar, un homme inspiré et engagé. Copropriétaire et directeur de la station de radio Tropiques FM, il est également animateur-producteur du programme TV Africa star diffusé sur France Ô. Claudy Siar nous a alors exposé durant une vingtaine de minutes, le chemin parcouru afin d’être ce qu’il est aujourd’hui. Claudy Siar nous a ainsi prouvé que derrière chaque défaite se cache une victoire. Ensuite, ce fut au tour de Kareen Guiock, la présentatrice du journal de la mi-journée de M6 le 12:45, de se lancer puis à Francisco de prendre la parole.

Ce dernier n’est ni plus ni moins le créateur de la société “Dream On Board” situé à l’angle de l’avenue des Champs-Elysées et de la rue de Berri. Cette société permet aux gens de louer des Ferrari pour 89 euros, les 20 minutes de conduite. Ensuite, ce fut au tour d’un ami de Kery James (sur la photo: premier intervenant en partant de la gauche) de se présenter, suivi de François Durpaire, un historien spécialisé dans les questions d’éducation et de diversités culturelles aux Etats-Unis. Les présentations des intervenant étant faites, le débat put alors commencer. Dans le public, pas moins d’une cinquantaine de jeunes de banlieue âgés de 16 à 25 ans pour la plupart étaient présents, mais aussi quelques parisiens et membres du personnel de la mairie de Paris.

Claudy Siar

Kery James encouragea les jeunes à prendre la parole et à interagir lors du débat. Un jeune afro-américain du nom de Pierre se lança et prit la parole. Il posa la question suivante à Francisco : “Comment avez vous fait pour lever les fonds nécessaire pour vos sociétés? Alors que tant d’autres ont échoué”. Francisco prit plaisir à lui répondre, en lui expliquant toutes les démarches qu’il avait entrepris. Motivé par l’élan de mon ami Pierre, je pris à mon tour la parole et demanda à Kery James, pourquoi avoir choisi de parler d’échec plutôt que de réussite ? Mais aussi, s’il ne trouvait pas ce terme déjà assez réducteur et négatif pour encore le mettre à l’ordre du jour. Kery James salua dans un premier temps mon initiative et la pertinence de ma question, puis il me répondit que le terme ” échec ” n’avait pas été choisi au hasard.

En effet, il nous expliqua que chaque jour, une majorité des jeunes de banlieue font face à de nombreuses critiques plus ou moins négatives et ce terme est donc assez récurent. Chaque jour ces jeunes sont donc confrontés -sans l’avoir forcément décidé- à l’échec. Kery James a donc pris soin de le placer dans le titre de la conférence afin de les rassurer en leur rappelant qu’on n’est pas tous condamné à l’échec. Le rappeur en profita alors pour souligner l’importance des études dans la vie. Et avant de conclure, il rappela à tous que les études restent la voie la plus ”sûre” pour réussir.

19h30-20h30: Changement de salle, puis c’est parti pour le show case de Kery James !!!

L’extrait vidéo du showcase de Kery James est disponible ci-dessous.

Claudy Siar

 


Kery James : show case dans les salons de l… par leparisien

Laisse nous ton commentaire

commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here