Projecteur sur Bruno Ly et Dominique Bottex à Zoofest

A l’occasion du ZOOFEST Bruno Ly et Dominique Bottex se sont associés pour un spectacle : Plan de Relance.

Zoofest est un festival artistique bilingue qui se tient a Montréal du 4 au 28 juillet, pour ceux d’entre vous qui ne le connaîtrais pas encore, prenez une petite piqûre de rappel en lisant, l’article sur le Cabaret des Maudits Français  

Plan de Relance est un spectacle de 1 h animé par Bruno Ly et Dominique Bottex, chaque artiste se partage 30 minutes. Les sujets abordés sont le parcours personnel des artistes, le marché de l’emploi et  les difficultés qui vont avec.

Zoofest est un festival qui promeut les artistes de la relève, les étoiles montantes, les vedettes de demain. Pour ma part, en assistant à ce spectacle, j’ai plus eu l’impression de voir des professionnels du métier qui avait fait ça toute leur vie.

Le spectacle était vivant, les blagues bien senties, que ce soit du côté de Bruno Ly ou Dominique Bottex, il y avait de nombreuses interactions avec le public, de l’improvisation, mais pas d’hésitation. Tout était naturel, les artistes ont pris le temps d’échanger quelques mots avec les membres du public, et ont même accepté de répondre a quelques questions pour les lecteurs d’Afrokanlife.

Zoofest 2013 - Plan de relance de Bruno Ly et Dominique Bottex
Bruno Ly

Bonsoir Bruno, peux tu nous dire, qu’est-ce qui a donné, a un français comme toi l’envie de s’installer à Montréal ?

Je suis à Montréal depuis 15 ans, et au début c’était pour les études, de fil en aiguille je suis resté, je suis rentré dans le marché de l’emploi et… je suis devenu un québécois !

Comment es-tu arrivé à une carrière d’humoriste ? Qu’est-ce qui donné envie de te lancer dans ce métier là ? 

J’ai toujours été un comique dans ma jeunesse, on m’a toujours poussé à essayer ça, parce que je faisais toujours rire mes amis excessivement, puis un jour, un ami m’a dit que je devrais essayer une scène ouverte, un “open mike”, comme on dit en anglais, un jour j’ai essayé en anglais, ça a fonctionné, puis j’ai jamais arrêté.

Certains de tes shows sont en anglais. Quelle est la langue que tu préfères ? Quelles sont les avantages et inconvénients de chacune ?

C’est le jour et la nuit, je crois. SI je devais en choisir une, ce serait comme avoir deux enfants et demander d’en choisir un. C’est sur qu’il y a des avantages de faire de l’humour en anglais ou de faire de l’humour en français. La langue anglaise est très malléable, tu peux faire rire en deux ou trois mots, tu n’as pas à maîtriser chaque syllabe, le français est une langue beaucoup plus complexe. Je dirais qu’il y a des défis et des avantages dans chacune des deux langues. 

Un conseil pour un humoriste qui débute ou pour quelqu’un qui aurait envie de se lancer ?

Ne faîtes pas ce métier à moins d’en avoir besoin, c’est la chose qui peut t’aider  persévérer.

Quels sont tes prochains projets ?

J’anime le show “Les Z’importés”, qui commence le 19 juillet, avec de très grands humoristiques de la relève, une anglophone Jess Salomon, que je respecte beaucoup, Dominique Bottex que vous avez vu ce soir, Richardson Zéphir, qui est très fort en impro, qui a des blagues vraiment originales, ça va être le fun. 

Merci pour l’entrevue.

C’est moi qui vous remercie.

Zoofest 2013 - Plan de relance de Bruno Ly et Dominique Bottex
Dominique Bottex

Bonsoir Dominique, est-ce que tu pourrais te présenter pour les lecteurs ?

Dominique Bottex, humoriste de la relève, je viens de finir la première du Plan de Relance, ici au Zoofest. 

Tu as fait l’École Nationale  de L’Humour, peux-tu nous en parler ?

Oui, c’est ça, j’ai fait le programme Humour de l’École Nationale de l’Humour, il y a deux programmes, le programme Auteur (1 an) et le programme Humour (2 ans), j’ai fait le programme Humour de 2009 à 2011, qui s’est soldé avec une tournée à travers le Québec, on a fait 35 shows à travers le Québec, pour moi qui suis rentré à l’École avec aucune expérience, cela m’a permis de prendre des galons, de prendre contact avec le public, c’est un chemin que j’aurais pu faire sans [l’École], certains choisissent de faire seulement dans les bars, mais je pense que n’ayant jamais fait d’humour avant d’avoir fréquenté l’École, cela m’a permis de mieux évoluer que dans le milieu des bars.

Qu’est-ce qui t’as donné envie de faire de l’humour ?

J’ai toujours aimé l’humour, quand j’étais petit, je connaissais les sketchs d’Anthony Kavanagh par cœur, j’ai découvert récemment l’humour anglophone, j’aime beaucoup Dave Chappelle, Louis C.K., il y a tellement de styles différents en humour, que tu trouves forcément quelque chose qui t’interpelle, qui te ressemble un peu plus, depuis que je fais de l’humour, j’essaie de trouver ma couleur, mon propre style, j’aime faire des accents…J’essaie encore de définir mon propre style, de savoir sur quoi m’appuyer, je connais un peu mes forces.

Est-ce que tu penses que tout le monde pourrait faire une école et apprendre à devenir humoriste ?

Je connais des gens dans le milieu de l’humour qui n’ont pas fait l’École, qui ont un talent incroyable et je pense que cela ne leur enlève rien. Pour moi qui n’avait jamais fait d’humour, cela m’a beaucoup aidé, je pense que je n’aurais pas pu faire la même chose, je la recommande vraiment à ceux qui veulent faire de l’humour, c’est un bon cheminement, on touche à tout, cours d’écriture, cours d’impro, techniques vocale, techniques de respiration… J’ai beaucoup aimé ce parcours.

Quels sont tes prochains projets ?

Le mois d’Août, c’est un peu le mois des vacances pour les humoristes , mais début Septembre on commence à tester notre matériel, pour que lorsqu’on arriver à l’été, on récolte le fruit de notre travail durant l’année. L’année prochaine je risque d’aller au festival Grand Rire de Québec, qui est début juin, j’y étais cet été, j’ai fait un numéro avec Boucar Diouf, au Grand Théâtre de Québec, je pourrais refaire un show avec lui, un duo l’année prochaine. J’ai aussi un duo avec Dave Gaudet, humoriste anglophone qui fait aussi de la scène en français, donc c’est plus pour l’été prochain, après le Zoofest ne fait que commencer, je fais aussi parti du show “Les Z’importés”.

Je te remercie pour cette entrevue.

Merci à toi.

Retrouvez Plan de Relance les 21 et 22 Juillet, à l’Espace des Arts.

Retrouvez le show “Les Z’importés” les 18, 19, 25 et 26 Juillet, à L’Espace des Arts.

Laisse nous ton commentaire

commentaires