Didier Didier Didier …

Didier, Didier, Didier… Quelle histoire quand même ! Tout le monde a son opinion sur le grand Ivoirien et son attitude cette saison. Que ce soit sa façon de gérer les médias ou sa propension à ne pas jouer sur des gazons synthétiques, Drogba fait réagir le Québec. Laissez-moi quand même vous éclairer sur quelques choses qui pourraient vous aider à vous faire une opinion en toute connaissance de cause.

Au Québec, on le sait, c’est le hockey et les Canadiens de Montréal qui priment et qui servent de comparaison avec tous les autres sports. Il y a des différences majeures entre le Foot et le hockey qui fait que les choses se passent souvent bien différemment à la grande surprise des amateurs de sports québécois.

En premier lieu, le nombre de matchs joués et la gestion du temps de jeu. Au hockey, les joueurs à moins de blessures, jouent les 82 matchs de la saison et donc plusieurs matchs dans une semaine. Au football, il y a entre 1 et 2 matchs par semaine et en règle générale quand les semaines de 2 matchs se succèdent, le coach se doit de faire « rouler » l’effectif en donnant congé à ses cadres. Très rarement, les joueurs jouent les 34 matchs de la saison. La saison n’est pas un sprint, mais bien un long marathon.

Deuxièmement, au hockey, quand un joueur vedette dépasse les 40 ans, on est impressionné, mais ce n’est quand même pas si rare. Au Foot, 38 ans (comme Drogba), c’est vraiment très vieux. De le voir jouer à cet âge est impressionnant.

Troisièmement, au hockey, il y a 20 joueurs sur un banc qui se partagent les 60 minutes de jeu. Il est donc possible de baisser le temps de jeu d’un joueur pendant un match. De le faire éviter les meilleurs joueurs adverses et de le faire bien paraître en lui donnant pratiquement que de l’avantage numérique. Au football, il y a 3 changements possibles sur la longueur du 90 minutes. Il est possible donc de sortir un joueur comme Drogba après environ 60 minutes de jeu, mais toujours est-il qu’il aura joué 60 minutes et qu’il ne peut pas éviter les meilleurs joueurs adverses, sans compter que tu gaspilles un changement tactique.

Ceci étant dit, rentrons dans le vif du sujet. L’an passé, l’impact était dans une course aux séries. Le numéro 11 a joué une fin de match sur du synthétique à Orlando et un match complet crucial à Foxboro où il s’est d’ailleurs blessé. Ce match contre le Révolution a failli compromettre sa saison et l’a sûrement ralenti pour les séries. Cette saison, il est là tout au long et en aucun cas il ne jouera tout les 34 matchs, même si c’était sur 34 pelouses de qualité mondiale ! Donc, pourquoi est-ce que ce serait une mauvaise chose de gérer son temps en début de saison et de lui faire éviter les surfaces synthétiques ?

Ce qu’on veut, c’est qu’il joue tous les matchs ou qu’il soit en condition ultime dans les matchs importants à la fin de la saison ? Il ratera des rencontres qu’on le veuille ou pas. Il est le plus vieux du vestiaire et il a un problème récurrent aux genoux alors, personnellement, je ne vois pas de problème à ce qu’on cible une poignée de matchs où il s’absentera. L’Impact joue gros cette saison et, je me répète, ce que l’on veut c’est de l’avoir en pleine forme pour gagner la coupe MLS. Gérons son temps de jeu avec lui, épargnons son physique en le laissant s’entraîner dans des conditions optimales et plus loin en saison, on se félicitera de l’avoir en pleine forme.

En conclusion, je n’ai pas de problème avec ce que fait notre vedette ivoirienne actuellement au niveau de la gestion de son entraînement. J’ai un petit peu plus de trouble avec sa gestion des médias et son attitude avec ceux-ci, mais ça, ce sera pour un autre texte !


Cet article a été rédigé par Borat Simoneau

Suivez-le sur Facebook : Petite page pour partager mes pensées et analyses du soccer, du hockey, de la musique et du cinema ! #IMFC #Habs : https://www.facebook.com/Borat-Simoneau/

Site web: http://nhlsimulation.com

Laisse nous ton commentaire

commentaires