L’amertume de la pluie par Thérèsa Son

Dans le cadre de la campagne contre Exhibit B l’exposition programmée pour décembre 2014 qualifiée de “zoo humain composée de représentations dégradantes de personnes noires.”

L’amertume de la pluie

« Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville ».

Cœur enragé, cœur aguerri, cœur fragile,

Embourbé par cette pluie d’injustice qui,

Martèle mon audace avec malice

Je ne frémis pas face à ton flot de poison

Si vigoureux soit-il, tu ne me noieras pas !

Et si tu cessais d’asphyxier ma raison ?

D’éroder mon image, d’hurler contre moi ?

-A petite ou grande lampée, bois sans affres,

Enivre-toi, délecte-toi sans relâche,

Et le spectacle te semblera moins affreux.

Récuse-moi, sans attendre je t’entache!

Tes propres frères et sœurs par voracité,

Par envie et naïveté m’ont bien goûté.

Suis le troupeau, va, partage donc leur auge,

Oublies tes soucis, roule-toi dans leur bauge.

-Loin de moi tout tes subterfuges immoraux

Et toutes tes entourloupes de tartufe.

Ingurgite donc ce doux substrat de chaos

Avec lequel tu veux dessécher ma truffe.

Insidieuse vermine !

Phagocyteur de culture !

Démiurge de famine !

Du Diable soit la pâture !


Cet article a été rédigé par Thérèsa SON du site asetreh
Bio de Thérèsa : 20 ans, martiniquaise, étudiante en communication des organisations à l’université Vincennes Saint-Denis (Paris 8).
Follow on Twitter : @MadaSonSon

Laisse nous ton commentaire

commentaires