Front 1-pièges à filles de Paris
  • La romantique

La romantique s’est moult fois éclaté les dents sur l’inébranlable muraille de la réalité, mais elle a une si haute estime de cet étrange phénomène qu’on appelle l’amour, qu’elle s’en tamponne le coquillard de jouer la voiture-balai pour les cyclistes au cœur brisé. Pourvu qu’elle en savoure l’extase. Sa candeur en fait une proie idéale pour les charognards urbains.

Dans l’esprit des hommes, l’amour et la mort sont des thèmes inéluctablement liés comme deux serpents s’enroulant autour d’un caducée, et il n’est pas étonnant de constater que les cimetières sont pleins de jeunes couples transis en goguette. Ainsi, rien de tel qu’un petit circuit au Père-Lachaise – le plus connu d’entre tous – pour se recueillir sur les tombes de Jim Morrison (Darwin Award), Alfred de Musset (Amoureux transi), Oscar Wilde (pédéraste maltraité) ou bien Edith Piaf (VDM) pour ravir votre petite dépressive qui écrit des poèmes morbides et rêve d’idylles tragiques à la Roméo et Juliette.

pic 1.6-Pere lachaise

Le Père-Lachaise

A propos de Roméo et Juliette, la seconde étape de votre périple vous mènera au Shakespeare and Co, une charmante librairie anglophone du quartier latin où les employés aussi proprets que des écoliers de Griffondor passent leurs journées à bouquiner assis sur des piles d’ouvrages. Ici les badauds se posent pour bouquiner des heures durant, d’ailleurs les lieux s’y prêtent parfaitement (seuls le plafond n’est pas couvert de livres) et personne ne fera gaffe à vous. C’est le moment de l’embrasser délicatement au détour des œuvres de Salinger et de Dickens, elle adorera ce moment de romantisme inopiné avec l’image de vous deux unis dans un océan de culture. Bien entendu, vous êtes le seul tocard à encore regarder Game of Thrones en VF mais votre promise, elle, ne le sait pas.

pic 1.7-Shakespeare and Co

Shakespeare and Co

Avant la tombée de la nuit, elle tombera amoureuse après que vous l’ayez emmené au Musée de la vie romantique… Ancienne demeure du peintre Ary Scheffer, tout dégouline de romanesque : les salons aux ornements majestueux, la collection de peintures, de sculptures et de bijoux, et puis à l’extérieur ce petit coin de paradis où il est possible de prendre une tasse de thé (il y a un comptoir) avec votre amoureuse en s’imaginant qu’ici-même Georges Sand a écrit ses plus beaux vers (et a fait les pires cochonneries avec son hôte de prestige).

Le musée de la vie romantique

Le musée de la vie romantique

Laisse nous ton commentaire

commentaires