La meilleure arme contre le terrorisme en Côte d’Ivoire

Durant tout le week-end, j’ai fait passer des entretiens à 21 jeunes ivoiriens âgés de 16 à 18 ans dans le cadre des finales pour intégrer l’African Leadership Academy.

Dimanche matin, parmi les candidats, deux élèves du Lycée Moderne des Jeunes filles de Yopougon m’ont parlé d’un projet de recyclage de déchets qu’elles ont mis en place grâce à une formation initiée par l’institut Goethe. Elles gèrent désormais des micro-entreprises de commercialisation d’objets fait à partir de déchets. L’été dernier, elles ont même eu la chance de se rendre en Allemagne pour rencontrer d’autres jeunes qui participent au programme du Goethe. Une expérience inoubliable qui leur donne envie de s’investir pour l’Afrique et de faire évoluer notre continent.

En rentrant à la maison, j’ai découvert avec effroi les photos de l’attentat de Bassam. Le soir même, j’ai appris que Henrike Grohs, la directrice du Goethe faisait partie des victimes. Je ne la connaissais pas personnellement mais j’ai tout de suite fait le lien avec les jeunes filles de Yopougon. Il est vrai qu’en apparence, on peut avoir l’impression que le développement actuel de la Côte d’ivoire ne profite pas assez à la population mais la réalité est telle que beaucoup de personnes comme Henrike mènent des actions pour offrir des chances à tous et tirer notre continent vers le haut.

Cote_Ivoire_Leadership_1

La menace terroriste planait sur la Côte d’Ivoire depuis plusieurs mois et nous savions que cela arriverait tout en redoutant ce jour. Les mesures de sécurité vont être renforcées mais le mal est fait. En touchant Bassam, les terroristes ont réussi leur coup. La peur est désormais bel et bien présente. Chacun réfléchira désormais à deux fois avant d’aller à la plage, dans les centres commerciaux, dans les hôtels, dans les grands restaurants et au cinéma.

L’essor économique de la Côte d’ivoire est impressionnant mais il faut désormais prendre plus en considération la dimension sociale. Le pays a connu 10 années de crise, les inégalités sont criantes et la jeunesse semble plus que jamais en manque de repère, comme en attestent les “microbes”, des gamins souvent armés de couteaux, qui sèment la terreur à Abobo, Anyama et Yopougon. Malheureusement avec ce dernier épisode, nous ne parlons plus de couteaux mais de kalachnikov et de grenade.

Faisons en sorte que cette tragédie n’engendre pas d’autres problèmes. Prenons les devants et luttons contre les amalgames. Anticipons les clivages ethniques et les actes xénophobes. Chacun peut apporter sa contribution.

Nous échangeons depuis plusieurs mois avec l’Organisation Internationale pour les Migrants (OIM) afin d’utiliser le sport comme outil d’intégration pour les jeunes issus de familles déplacées suite aux différentes crises. Nous avons eu une réunion ce matin avec David, le directeur, afin de démarrer nos activités au plus vite. Nous allons commencer par la commune de Yopougon en espérant pouvoir étendre notre action à d’autres communes et à d’autres villes.

Cote_Ivoire_Leadership_3

Préservons nos jeunes, offrons des opportunités aux plus défavorisés, luttons contre les inégalités, restons unis, c’est la meilleure arme contre le terrorisme.

“N’attendons plus des discours autorisés, des paroles instituées, des acteurs établis qu’ils préservent nos principes et nos modes de vie. Nous maîtrisons la langue du temps, nous sommes nés avec ce siècle : personne ne mènera la lutte à notre place. L’heure est venue d’agir”. Raphael Glucksmann.

Sincères condoléances aux familles des disparus.


Cet article a été rédigé par Jean-Luc /Co-fondateur de LYSD

À propos de LYSD: Association qui participe au développement de la vie locale des pays émergents via des projets solidaires à travers le sport.

Suivez LYSD

sur Facebook : Lysdproject

sur Twitter : @lysd_project

sur Instagram :lysd_project

Laisse nous ton commentaire

commentaires