Otis Stacks : du nectar pour vos cages à miel !

Critique du dernier opus d’ Otis Stacks.

Chapeau : dans le paysage musical médiocre de 2016, dégotter des sons sincères et puissants peut s’avérer long et stérile, heureusement Digikan fait le boulot pour vous !

Otis Stacks est né d’une collaboration entre le leader du groupe danois Dafuniks Michael Munch aka Just Mike, et Elias Wallace, auteur-compositeur et chanteur californien. Nous avons pu nous procurer leur dernier EP, et il dégouline de classe.

Objet musical classieux et vintage, l’univers d’Otis Stacks prend sa source dans des mélanges glucosés de hiphop et de soul. Les oreilles sont frappées d’emblée par la justesse des instrus et ce rythme millimétré sur lequel se pose une mélodie envoûtante que déclame la voix puissante et sensuelle du chanteur.

Les notes de synthé nébuleuses, les percussions modestes et la guitare explosive sans être outrageuse sont au seul service du morceau. Aucune technique musicale superflue ni démonstration ostentatoire, juste un ensemble harmonieux qui suit à la lettre une partition de qualité. Être plusieurs et ne paraître qu’un, voici une belle définition de la musique.

Le résultat ? une soul épurée et novatrice, léchée et élaborée, qu’on n’avait plus entendu depuis pas mal de temps. Simple, juste et tellement sophistiqué. L’apanage des grands musiciens, évidemment.

Le clip de “Fashion Drunk” feat Gift of Gab (de Blackalicious).

1er Ep d’Otis Stacks
Sortie le 30 octobre chez Underdog Records

Laisse nous ton commentaire

commentaires

SHARE
Docteur ès toutologie, je distille perfidement mes idées interlopes à travers des articles de prime abord, anodins, mais secrètement prosélytes afin de convaincre mes lecteurs de se lever pour suivre la lutte armée des vendeurs de roses ambulants pakistanais contre le diktat des amants insensibles et radins. Pour me vomir sur la raie, m'envoyer des fleurs, de l'argent ou vos menaces, une seule adresse : anasajabar@gmail.com