Repêchage MLS 2012, prise 2.

Très souvent, les amateurs et les experts se questionnent à juste titre sur l’utilité d’un repêchage dans la MLS compte tenu de l’émergence des académies. La NCAA n’est plus la pépinière de joueurs américains puisque les équipes de la MLS s’alignent de plus en plus sur la méthode plus traditionnelle du développement en académie.

Par contre, il est faux de prétendre que le repêchage n’est pas utile aux équipes de la MLS, du moins pour l’instant. Je vous propose donc un petit exercice : La reprise du repêchage de 2012. Cette année 2012 correspond bien sûr à la première saison de l’Impact de Montréal et ces 4 années nous permettent de bien analyser a posteriori les joueurs repêchés.

Alors voici mon top 10 du MLS SUPERDRAFT 2012.

Draft 2012

  1. DOM DWYER : Dom a prouvé qu’il était un vrai buteur. Ses 22 buts en 2014 est un record d’équipe tandis que ses 36 buts depuis 2013 le placent au 5e rang des buteurs en MLS. Sa sélection au 16e rang par le Sporting K.C. s’est avérée un vrai vol.

  2. KELYN ROWE : Longtemps considéré comme un bel espoir aux États-Unis, Rowe n’a pas déçu l’organisation des Revs. Rowe est un vrai ailier offensif, habile et passeur. Il aime bien défier les défenseurs à 1 contre 1 et il n’hésite pas à tirer de loin. Bref, il a réussi à s’imposer à un poste où habituellement les clubs de la MLS cherchent plutôt des solutions internationales.

  3. MATT HEDGES : C’est le joueur qui a accumulé le plus de minutes parmi la promotion 2012. Le défenseur central de 6 pieds 4 (1,93m) est étonnamment rapide et il possède un  excellent flair pour anticiper le jeu adverse. Capitaine du FCD depuis 2014, Hedges a été l’année dernière nommé avec Laurent Ciman dans le MLS BEST XI et il a été sélectionné une fois par Jurgen Klinsmann.

  4. ETHAN FINLAY : Également nommé dans le MLS BEST XI en 2015, Finlay a été sélectionné 3 fois par Klinsmann. Une mauvaise nouvelle pour le Canada puisque Ethan était aussi admissible pour notre sélection via son père. Finlay n’a pas connu un succès instantané comme les 3 premiers, le rapide ailier s’est affirmé seulement à sa 3e saison chez le Crew de Columbus.

  5. NICK DELEON : Contrairement à Finlay, le milieu DeLeon s’est affirmé dès la première année avec une saison de 32 matchs, 8 buts et 4 passes décisives. Ces chiffres lui ont permis de terminer deuxième dans la course de ROOKIE OF THE YEAR derrière Austin Berry. Depuis, il n’a pas été en mesure de répéter les mêmes statistiques offensives mais DeLeon est régulièrement aligné par D.C. United.

  6. ANDREW WENGER : Ah notre Andrew, on le connait par coeur. Nommé DEFENSIF PLAYER OF THE YEAR en 2010 et OFFENSIF PLAYER OF THE YEAR en 2011, Wenger était le premier choix logique de tous les experts en 2012. On connait le reste de l’histoire. Par contre, il semble avoir trouvé sa place à Houston après un passage à Philadelphie.

  7. DARREN MATTOCKS : Tout avait bien débuté pour le rapide attaquant de la Jamaïque. En 2012, Mattocks était listé au premier rang du populaire 24 UNDER 24 de la MLS pour les joueurs de 24 ans et moins. Mais déjà, plusieurs se questionnaient sur son tempérament et sur sa capacité de rester focus malgré les coups qui viennent lorsque tu es un joueur marqué. À Portland cette saison, Mattocks n’a débuté que 4 matchs et inscrit qu’un seul but.

  8. RAY GADDIS : Ce défenseur latéral est capable de jouer autant à gauche qu’à droite. Sélectionné au 35e rang, Gaddis a déjà franchit le cap de 100 départs pour l’Union de Philadelphie.

  9. WARREN CREAVALLE : Sélectionné au 37e rang par Houston, le versatile Creavalle est un régulier cette saison avec Philadelphie après un petit passage au TFC. Bien qu’il soit un défenseur droit, Creavalle est aligné cette saison au milieu du terrain à Philadelphie. Il a beaucoup contribué cette année au succès du club avec ses tacles et ses interceptions.

  10. CALUM MALLACE : Oui, notre blondinet américain d’origine écossaise est là depuis le tout début de Montréal en MLS. Mallace était un des préférés de Klopas, ce qui explique qu’il a joué 49 de ses 59 matchs pendant les saison 2014 et 2015. Calum n’est peut-être pas un titulaire indiscutable en MLS mais il peut bien sûr s’avérer une solution de banc si on lui donne le bon rôle dans l’équipe.

    Et toi, quel joueur aurais-tu aimé voir à la place d’Andrew Wenger?Gif1


 

Cet article a été rédigé par Nilton Jorge. Ses propos n’engagent que lui.

Bio de Nilton: Amateur de sport, de musique, d’actualité et de techno. Fan de #IMFC, #Habs, #FCPorto et #Portugal. Gestionnaire de communauté, entre autres, chez @Miseojeu.

Suivez-le sur twitter: @NiltonJorge

Laisse nous ton commentaire

commentaires