La MLS pour les nuls : Le Superdraft et les académies

Dans le monde du foot international, le concept de repêchage amateur est quelque chose de très méconnu et peu utilisé. C’est en fait un concept nord-américain surtout vu dans le Football américain, le Baseball, le hockey et le Basketball. En gros, il s’agit d’un système qui permet à des équipes (selon un rang de sélection) d’avoir les droits sur les jeunes joueurs amateurs qui sortent des collèges, universités ou programmes juniors. Dans tous ces sports, il y a un ordre de sélection pour les équipes qui constitue en gros à donner les meilleurs choix aux équipes qui ont fini en bas de classement, ce qui permet une parité à long terme, toujours selon le concept.

Au foot d’habitude, on a plus droit à un système d’académie de développement et de libre choix. Un jeune joueur peut donc décider de signer avec une équipe de son choix et de se joindre à leur académie pour se développer tranquillement et espérer un jour jouer dans le club pro. Il y a tellement de joueurs, d’équipes et de ligues à travers le monde que d’implanter des repêchages serait non seulement compliqué, mais à l’envers un peu de la philosophie de ce sport.

En MLS, c’est différent (bien entendu). Les équipes ont leurs académies comme ailleurs, comme on peut le constater avec notre équipe montréalaise. Des jeunes (surtout des québécois) se joignent à l’académie de l’Impact et peuvent franchir les différents paliers comme les U16, U18 et FC Montréal par exemple et finalement signer un contrat avec le grand club. Ce fut le cas par exemple de Maxime Tissot, Jéremy Gagnon-Laparé ou Wandrille Lefèvre. Mais en plus de tout ça, il y a aussi le Superdraft qui ressemble beaucoup au repêchage de la NFL

Le Superdraft donc, permet aux équipes de la MLS de repêcher des joueurs qui évoluent dans les universités américaines dans les programmes de soccer et qui n’ont pas joint une académie de la MLS et qui veulent passer pro. En gros, ce sont ceux qui ont gradué ou qui ont signé avec la MLS pour participer au draft. Ce qui fait en sorte que les joueurs peuvent aussi bien avoir 18 ans comme 22 ans par exemple. Comme dans les autres sports nord-américains, l’ordre de repêchage est déterminé par le classement inverse de la dernière saison et la performance des clubs dans les séries.

Est-ce bien important comme repêchage ? Bien des équipes préfèrent grandement développer leurs joueurs via leur académie, ce qui permet de les éduquer dans le système du club et d’avoir du talent local. Par contre, le Superdraft permet d’ajouter de la profondeur et de parfois découvrir de véritables bijoux ! Il faut dire aussi que certains de ces joueurs sont payés par la MLS (les joueurs générations Adidas) et ne comptent pas sur la masse salariale de l’équipe. Je vous fais une petite analyse plus bas des vedettes qui ont été repêchées par ce « draft » et la performance de IMFC dans ce domaine.

Depuis 2000, voici les joueurs d’« impact » encore actifs qui ont été repêchés :

2000 : Carlos Bocanegra (5e)

2001 : Nick Rimando (35e)

2002 : Justin Mapp (4e), Davy Arnaud (50e)

2003 : Mike Magee (4e) Todd Dunivant (6e)

2004 : Clint Dempsey (8e), Olivier Occéan (26e), Michael Bradley (36e)

2005 : Chad Barrett (3e), Michael Parkust (5e) Chris Wondolowski (41e)

2006 : Sacha Kljestan (5e), Jozy Altidore (17e)

2007 : Maurice Edu (1er)

2008 : Brek Shea (2e), Geoff Cameron (42e)

2009 : Omar Gonzalez (3e), Matt Besler (8e), Graham Zusi (23e)

2010 : Tony Tchani (4e), Jack McInerney (7e)

2011 : Perry Kitchen (3e), Will Bruin (11e)

2012 : Ethan Finley (10e), Dom Dwyer (16e)

2013 : Dillon Powers (11e)

2014 : Tesho Akindele (6e)

2015 : Cyle Larin (1er), Cameron Porter (45e)

Remarquez une chose dans cette liste, peu de joueurs choisis au 1er rang au total ont eu de brillantes carrières, c’est plus souvent des joueurs choisis plus tard qui sont de belles surprises. La plupart des joueurs choisis dans ce repêchage sont des joueurs de profondeur qui auront des carrières honnêtes, mais sans plus. Des 15 derniers premiers choix au total, seul Maurice Edu a une carrière importante, lui qui est actuellement joueur désigné avec l’Union de Philadelphie. Certains autres comme Chance Meyers ou Marvell Wynne ont des carrières honnêtes ou sont prometteurs encore comme Andrew Farrell ou Cyle Larin, mais sinon, c’est plutôt mince.

Pour ce qui est de l’Impact… disons que ce n’est pas très reluisant pour le moment. Les 3 premiers choix de première ronde du club ne sont plus avec l’équipe (Andrew Wenger, Blake Smith et Eric Miller) alors que Romario Williams a un avenir incertain pour l’instant. Callum Mallace a été un choix lointain du bleu blanc noir et est encore avec le club, tout comme Cameron Porter. Le premier choix de cette année (Kyle Fisher) est encore ici et Éric Verso ainsi que Michael Salazar sont encore avec l’équipe, mais tentent de se dénicher un contrat.

En bref, c’est un système quelque peu étrange que ce Superdraft qui est sans doute porté à disparaître. Les jeunes qui sont éligibles pourraient très bien choisir de signer avec qui ils veulent que ça ne choquerait pas grand monde. Mais pour le moment, le tout est encore en place et les équipes comptent là-dessus pour compléter leurs effectifs et espérer découvrir une pierre précieuse !


Cet article a été rédigé par Borat Simoneau

Suivez-le sur Facebook : Petite page pour partager mes pensées et analyses du soccer, du hockey, de la musique et du cinema ! #IMFC #Habs : https://www.facebook.com/Borat-Simoneau/

Site web: http://nhlsimulation.com

 

Laisse nous ton commentaire

commentaires