La téléphonie africaine fera-t-elle sauter la banque ?

La téléphonie africaine fera-t-elle sauter la banque ?

En matière de transfert d’argent ou de paiement des factures via téléphone mobile, les avis sont unanimes : « Safaricom est la plus belle des success stories, personne au monde n’a réussi pour le moment à l’égaler », reconnaît Mung-Ki Woo, directeur des services mobiles d’Orange.

En trois ans, M-Pesa, l’offre de l’opérateur kényan, a conquis plus de 10 millions d’utilisateurs et servi à transférer près de 5 milliards d’euros. Rien qu’en 2009, le service a enregistré 670 millions de transactions et a représenté 9 % des revenus de Safaricom, filiale du britannique Vodafone.

« Cet engouement est simple à comprendre, explique Mehdi Ben Saïd, du cabinet Pyramid Research. En Afrique subsaharienne, moins de 10 % de la population est bancarisée, quand plus de 40 % possède un téléphone. »

Les porte-monnaies mobiles seraient donc destinés à trouver leur public, car ils répondent à un véritable besoin, notamment en matière de transfert d’argent des villes vers les campagnes.

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : La téléphonie fera-t-elle sauter la banque ? | Jeuneafrique.com – le premier site d’information et d’actualité sur l’Afrique

Laisse nous ton commentaire

commentaires