Brésil : une loi sur les quotas raciaux à l’Université

La présidente du Brésil Dilma Rousseff a promulgué mercredi une loi de quotas qui réserve la moitié des places dans les universités fédérales aux étudiants venant des écoles publiques et qui donne la priorité aux noirs, métis et indiens.

La loi avait été approuvée au début du mois par le Sénat, après 13 ans de débats, et a été promulguée par la présidente en présence des ministres de l’Éducation, Aloizio Mercadante, et de l’Égalité raciale, Luiza Bairros, a annoncé le service de presse de la présidence.

La présidente brésilienne a souligné la nécessité de démocratiser l’accès à l’université.

Ce projet «représente un double défi: d’abord la démocratisation de l’accès à l’université et ensuite de maintenir un haut niveau d’enseignement» dans le pays, a-t-elle déclaré.

La loi oblige à réserver 50% des places des universités fédérales gratuites aux élèves ayant fait leurs études secondaires dans des écoles publiques. Au Brésil, les familles aisées envoient leurs enfants dans des écoles privées où le niveau de l’enseignement est souvent bien meilleur.

Ce quota de 50% comprendra un nombre de places réservées aux noirs, aux métis et aux indiens, qui sera proportionnel à la composition de la population de chaque État du Brésil.

Des 59 universités fédérales du pays, où l’accès se fait à partir d’un examen d’entrée, 32 ont déjà mis en oeuvre des systèmes de quotas raciaux et sociaux, mais de façon très limitée.

AFP

Laisse nous ton commentaire

commentaires