Comment la communauté afro-américaine interprète l’affaire Trayvon Martin selon Barack Obama

Comment la communauté afro-américaine interprète l’affaire Trayvon Martin selon Barack Obama

Le président Barack Obama a tenté vendredi d’expliquer pourquoi les Afro-Américains ont été bouleversés par l’acquittement de George Zimmerman la semaine dernière suite à la mort par balle de Trayvon Martin, tout en réduisant les attentes en matière de charges fédérales dans l’affaire.

“Trayvon Martin aurait pu être moi il y a 35 ans”, a déclaré Obama à la Maison Blanche aux journalistes lors d’une apparition surprise au briefing quotidien.

Ses remarques, qui ont duré environ 20 minutes, s’inscrivent dans un débat national sur le verdict. Celui-ci a d’ailleurs suscité de nombreuses protestations, dont certaines sont devenus violentes.

Un jury de Floride a ainsi acquitté Zimmerman samedi dernier de la mort par balle de Martin le 26 février 2012.

Obama a publié une déclaration écrite, le dimanche, notant que le jury avait parlé et il exhortait au calme et à la réflexion. Malgré quelques appels pour qu’il parle de l’affaire, le premier président afro-américain de la nation américaine n’avait fait aucun autre commentaire en public jusqu’à vendredi.

«Il y a très peu d’hommes afro-américains dans ce pays qui n’ont pas eu l’expérience d’être suivi quand ils font leurs courses dans un grand magasin. Je m’y inclus», dit le président.

“Il y a probablement très peu d’hommes afro-américains qui n’ont pas eu l’expérience de traverser la rue et d’entendre les serrures cliquer sur les portes de voitures. Je m’y inclus. Du moins avant d’être un sénateur,” a t-il poursuivi.

«Il y a très peu d’Afro-Américains qui n’ont pas eu l’expérience de monter dans un ascenseur et de voir une femme serrant nerveusement son sac à main et retenant son souffle jusqu’à ce qu’elle ait la chance de descendre. Cela arrive souvent», a-t-il dit.

Disant qu’il n’avait pas l’intention d’exagérer ces expériences, Obama a ajouté qu’il «informe comment la communauté afro-américaine interprète ce qui s’est passé une nuit en Floride.”

“La communauté afro-américaine est également consciente qu’il y a une évolution des disparités raciales dans l’application de nos lois pénales, de la peine de mort à l’application de nos lois sur les drogues», a t-il dit. “Et qui finit par avoir un impact en termes de comment les gens interprètent le cas.”

La façon dont les Afro-Américains ressentent le contexte de l’assassinat Martin est peu connue ou niée “et tout cela contribue, je crois, à un sentiment que si un adolescent blanc de sexe masculin avait été impliqué dans le même genre de scénario, du début jusqu’à la fin, à la fois le résultat et les conséquences auraient pu être différentes “, a déclaré M. Obama.

Des cas importants pour les états

Dans le même temps, Obama a répondu aux appels lancés par des groupes de défense des droits civils des accusations fédérales à être déposées contre Zimmerman pour les crimes haineux en disant que le processus juridique de Floride avait atteint un verdict.

“Une fois que le jury a parlé, c’est la façon dont notre système fonctionne”, a dit le président, ajoutant plus tard que le procureur général Eric Holder allait explorer plus le dossier que ceux qui appellent à des accusations fédérales doit “avoir des attentes précises ici.”

En Amérique, l’application de la loi et le code pénal sont «traditionnellement effectués aux niveaux national et local, et non pas au niveau fédéral”, a-t-il dit.

Le samedi, des veillées “Justice pour Trayvon” sont prévues à l’extérieur des édifices fédéraux à travers le pays par le National Action Network du révérend Al Sharpton.

Sharpton a indiqué vendredi que les remarques d’Obama étaient “importantes et  nécessaires”, affirmant dans un communiqué que le président “a donné le ton à la fois pour une action directe et un dialogue nécessaire.”

Les parents de Martin ont dit qu’ils étaient “profondément honorés et émus” que Barack Obama ait parlé publiquement de leur fils. Pour eux, les commentaires du président “nous donnent une grande force en ce moment.”

“La vie de Trayvon a été écourtée, mais nous espérons que son héritage sera de faire de nos collectivités un meilleur endroit pour les générations à venir”, ont déclaré Tracy Martin et Sybrina Fulton. “Nous saluons l’appel du président à l’action pour rapprocher les communautés afin d’encourager un dialogue ouvert et difficile.”

Cependant, certains commentateurs conservateurs ont critiqué Obama pour ce qu’ils appellent une division en parlant comme un afro-américain au lieu de représenter l’ensemble du pays. Todd Starnes, de la Radio Fox News, a ainsi qualifié Barack Obama de “président du racisme” sur twitter.

L’équipe de défense de Zimmerman a cité le courage d’Obama dans la lutte contre l’affaire et son contexte racial, mais elle a déclaré que les faits démontraient que leur client avait agi en toute légitime défense et que le jury avait rendu le verdict approprié.

“Bien que nous reconnaissions le contexte racial de l’affaire, nous espérons que le président ne voulait pas dire que celle-ci s’inscrit dans un schéma de disparité raciale, parce que nous soutenons fermement qu’elle n’en est pas une” ont  ainsi déclaré les avocats dans un communiqué.

Un responsable de la Maison Blanche a déclaré à CNN que Barack Obama avait décidé jeudi soir de faire une allocution publique, après avoir vu les réactions suite au verdict au cours de la semaine écoulée.

Le fonctionnaire, qui a parlé sous condition de ne pas être identifié, a déclaré que M. Obama avait échangé avec des amis et des membres de la famille de la victime à propos du verdict. Le président aurait ensuite dit à son staff rapproché qu’il voulait parler publiquement. Son personnel a recommandé qu’il fasse des remarques dans la salle de briefing de la Maison Blanche, et non dans une entrevue.

Dans son allocution, M. Obama a déclaré que les manifestations et autres réponses au verdict Zimmerman devaient être non-violentes pour ne pas déshonorer ni Martin et ni sa famille.

Il a évoqué d’éventuelles mesures à venir, appelant le ministère de la Justice, les gouverneurs des États et les maires à collaborer avec les organismes d’application de la loi “sur la formation aux niveaux étatique et local afin de réduire le genre de méfiance dans le système qui parfois existe actuellement.”

Par exemple, il a noté que la législation sur le profilage racial poussa un sénateur de l’Etat de l’Illinois à aider les services de police à penser ces situations et à agir de manière plus professionnelle, ce qui a contribué à bâtir la confiance avec les communautés qu’ils desservent.

Les lois “Stand Your Ground”

Obama a également appelé à reconsidérer la loi d’auto-défense “Stand Your Ground” de la Floride et des autres États. Selon lui celle-ci “peut encourager disputes, affrontements et tragédies telle que celle qui s’est produite en Floride, plutôt que mener à des altercations sans conséquences.”

Sharpton et d’autres leaders des droits civiques réclament d’ailleurs l’abolition des lois “Stand Your Ground”.

Obama a ainsi demandé : “Si dans la société nous envoyons un message selon lequel quelqu’un d’armé a le droit d’utiliser cette arme à feu, même s’il a un autre moyen de se sortir d’une situation, cela va-t-il vraiment contribuer à la paix, à la sécurité et à l’ordre tant espérés? “.

Pour les partisans de ces lois, Obama a dit qu’ils devraient se demander si le droit de riposter avec une arme à feu se serait appliquée à Martin.

“Pensons-nous vraiment qu’il aurait été justifié de tirer sur M. Zimmerman, qui l’avait suivi dans une voiture, parce qu’il se sentait menacé?” a interrogé le président. “Et si la réponse à cette question est pour le moins ambiguë, alors il me semble que nous devrions examiner ces sortes de lois.”

Tout en rejetant les appels à une conversation nationale sur la race, Obama a également appelé à fournir plus de soutien pour les jeunes et moins jeunes hommes afro-américains qui finissent de manière disproportionnée en prison ou victime d’homicide.

Aucune conversation nationale

Toutefois, il a rejeté les appels lui disant de lancer un débat national sur la race, disant: “Je n’ai pas vu quoique ce soit de particulièrement productif quand, vous savez, les politiciens tentent d’organiser ce type de conversations.”

Son commentaire aurait pu être une gifle à sa propre réponse suite à l’arrestation du professeur d’université afro-américain Henry Louis Gates en 2009 par un policier blanc pour répondre à un rapport d’un cambriolage possible de son propre domicile dans la région de Boston.

Après avoir été l’objet de critiques pour avoir dit que la police avait agi stupidement, Obama a plus tard, invité le professeur de Harvard et le policier autour d’une bière à la Maison Blanche.

Vendredi, Obama a approuvé des discussions d'”introspection” dans les maisons, les églises et les lieux de travail où les gens pourraient être plus honnête sur leur biais.

“Aussi difficile et exigeant que tout cet épisode a été pour beaucoup de gens, je ne veux pas nous faire perdre de vue que les choses s’améliorent”, a conclu le président, faisant référence à la génération de ses filles.

“Cela ne signifie pas que nous sommes dans une société post-raciale. Cela ne signifie pas que le racisme est éliminé,” a-t-il dit. “Mais, vous savez, quand je parle à Malia et Sasha, que j’écoute leurs amis et que je les vois discuter les uns avec les autres, je les trouve meilleurs que nous. Ils sont mieux que nous l’avons été sur ces questions. Et c’est vrai dans toutes les communautés que j’ai visité dans tout le pays “.

Source CNN

Laisse nous ton commentaire

commentaires