Esclavage et réparation : Le Vatican aussi doit s’engager !

Esclavage et réparation : Le Vatican aussi doit s’engager !

esclavage cran pape

Le 11 mars 2013, à la veille de l’ouverture du conclave, plusieurs associations* ont organisé un happening sur le Parvis de Notre-Dame : devant les yeux ahuris des promeneurs se tenait un homme avec une mitre, un manteau écarlate, un crucifix -c’était le souverain pontife. Deux autres hommes de couleur noire, les fers aux mains, se tenaient à ses pieds, accablés. Le pape et ses esclaves se tenaient donc sur le parvis, mais ceux-ci se redressèrent, crièrent : « liberté », et demandèrent réparation.

Cette mise en scène avait pour but d’interpeler l’Eglise de France et les autorités vaticanes : en effet, les associations estiment que le nouveau pape, qu’il soit noir ou blanc, devra s’atteler à la question des réparations relatives à l’esclavage. De nombreux Etats, de nombreuses entreprises ont bénéficié de ce crime contre l’humanité, mais l’Eglise a également sa part de responsabilité dans cette histoire.

Dès 1454, le pape Nicolas V avait publié une bulle autorisant l’esclavage des nègres, et par la suite, le Saint Siège n’a cessé de bénir la colonisation et l’esclavage, et ce, jusqu’au milieu du 19e siècle. Jean-Paul II lui-même a reconnu cette responsabilité de l’Eglise, et a demandé pardon. Mais le CRAN n’est pas pour la repentance, et estime que c’est la réparation qui est le véritable enjeu.

En 2001, à l’occasion de la conférence de Durban organisée par l’Unesco, Desmond Tutu, évêque anglican et prix Nobel de la paix, avait déclaré : « Nous demandons en outre à nos églises et d’envisager la question des réparations comme une façon de corriger les torts perpétrés dans le passé, et d’affirmer sans ambages que le trafic d’esclaves transsaharien et transocéanique -Atlatique, Pacifique et Incien -ainsi que toute forme d’esclavage constitue des crimes contre l’humanité. »

Aujourd’hui, à l’instar de Desmond Tutu, et de nombreuses voix du Sud, y compris au sein du Clergé catholique, les associations demandent au nouveau pape, dès qu’il sera élu, de mettre en place une politique destinée à réparer les crimes du Vatican liés à l’esclavage et à la colonisation.

* Le CRAN, Le MIR, Le Comité 10 mai de Nantes, l’Alliance Noire citoyenne, la Brigade Anti-Négrophobie, l’Université Populaire Kwame Nkrumah, République et Diversité.

Christianisme, esclavage et réparations : petite chronologie

-1441 : le Pape Eugène IV reçoit du Prince Henri du Portugal un cadeau, 10 Noirs, capturés sur la Côte Ouest de l’Afrique. En retour, le pape lui donne le titre de propriété sur toutes les terres qu’il pourrait découvrir dans la région.

-8 janvier 1454 : le pape Nicolas V publie une bulle dans laquelle il autorise la mise en esclavage des Africains et des païens.

-15e – 19e siècle : l’Eglise bénit la colonisation et le système esclavagiste.

-18e siècle : les missionnaires et les théologiens répandent la légende biblique selon laquelle Cham aurait été maudit par Noé, ce qui expliquerait pourquoi les Noirs, qui descendent de lui, doivent être réduits en esclavage.

-1969 : James Forman fait irruption pendant la messe à New York, et diffuse son Black Manifesto, demandant réparation aux églises. Il est vivement critiqué, mais à la suite de cette opération, plusieurs églises protestestantes mettent en place des programmes d’aides aux Noirs Américains, en guise de réparation.

-1992 : en visite à l’île de Gorée, Jean-Paul II demande pardon pour le soutien de l’Eglise au système esclavagiste.

-1998 : réunis en conférence à Kottayam, en Inde, des prêtres catholiques demandent au Vatican de présenter des excuses en raison de son implication dans la colonisation en Afrique, en Asie et en Amérique latine

-2000 : le symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar affirme : « les nations riches devraient non seulement annuler la dette, mais elles devraient aussi accorder des réparations en raison des torts qu’elles ont à l’égard l’Afrique. »

-2001 : à l’occasion de la conférence de Durban, organisée par l’Unesco, le Vatican déclare : « le Saint-Siège tient à souligner que le besoin de réparation renforce l’obligation d’accorder une aide substantielle aux pays en voie de développement, une obligation pesant principalement sur les pays développés. »

-2001 : à l’occasion de la conférence de Durban, Desmond Tutu déclare : « Nous demandons en outre à nos églises et d’envisager la question des réparations comme une façon de corriger les torts perpétrés dans le passé, et d’affirmer sans ambages que le trafic d’esclaves transsaharien et transocéanique -Atlantique, Pacifique et Indien -ainsi que toute forme d’esclavage constituent des crimes contre l’humanité. »

Source : Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN)

Laisse nous ton commentaire

commentaires

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here