Le Paris cheap et crade de Tonton Jabar # 3 : Le Bal Perdu

Le (grand) Paris cheap et crade de Tonton Jabar # 3 : Le Bal Perdu


Le bal perdu Front

Pour ceux et celles qui zoneraient du côté de l’échangeur de Bagnolet (zone de non-droit) à la recherche de frissons ou tout simplement venus pour se fournir au nouveau Lidl de la drogue (il vient d’ouvrir), ce bouge infâme est tout choisi. Avec sa devanture jaunâtre et ses lettres capitales en noir qui donneraient instinctivement envie de s’insérer deux doigt au fond du palais, on ne se douterait pas qu’en réalité se situe ici le lieu le plus barré de Bagnolet (banlieue proche).

Oui, j’ai bien dit banlieue, mais quelle idée d’y mettre les pieds les pieds alors?

1) Parce que vous êtes franchement pauvre, ou sacrément pingre (sinon vous picoleriez à Paris)

Tous les mecs à l’intérieur sont fauchés, et si vous y êtes c’est que vous en faites aussi partie ! Le demi est très abordable, et fort heureusement la modestie et l’avarice n’allant pas forcément de pair, on peut parvenir à se faire payer ses coups par les habitués en se démerdant bien. Il suffit pour cela de traiter le maire d’enflure et de sac à merde en prenant des airs offusqués de vieille comtesse déchue.

La bouffe paradoxalement est relativement chère, et puis personne ne fout les pieds dans la cantoche. Cependant un jour un type s’est ramené avec un baluchon plein de bouffe (pâtisseries, sandwichs), a commandé un café et s’est posé pour manger peinard. Le serveur lui a filé des couverts. Le tarif social c’est vous.

Le bal Perdu : à l’étage. Personne
Le bal Perdu : à l’étage. Personne

2) Parce que vous êtes pauvre et qu’en plus vous êtes banlieusard

La montée des loyers de la capitale vous a foutu sur les rotules, et vous pestez de vous retrouver à habiter cette bourgade ringarde ! Parfait, prenez un verre et aigrissez-vous en maudissant bruyamment ces enculés de spéculateurs immobiliers et ces raclures de chez Goldman Sachs qui ont foutu les honnêtes travailleurs sur la paille. Félicitations, vous entamez là les premiers préliminaires pour devenir pote avec Maurice et Mehmet qui sont accoudés au zinc depuis 25 ans.

3) Pour boire peinard en terrasse sans qu’un connard vous taxe vos clopes

T’auras beau te poser en théâtre tout l’été, jamais au grand jamais on ne te taxera d’une clope, d’un bédot ou même d’un feu ! Pas étonnant, vu que pour arriver ici t’as fait la connaissance de Crina et Djidjo, les jumeaux unijambistes roms qui ont tenté de te faire signer une fausse pétition, et Narantsetseg, la chiffonnière d’Oulan-Bator qui pousse des caddies pleins de fringues contrefaites pour 1 € de l’heure. Ça aide à relativiser.

Le bal Perdu : RDC intérieur. Les habitués.
Le bal Perdu : RDC intérieur. Les habitués.

4) Pour l’un des derniers bastions coco

Montreuil la voisine est passée écolo… y a des bifles qui se perdent ! Ici, on ne trahit pas, et c’est d’ailleurs l’occasion donc de trinquer en ce jeudi matin pour faire oublier les déconvenues électorales. Bon c’est aussi s’exposer à être sans cesse dérangé par des marxistes déjà ivres dont la lecture la plus fine est le Parisien du matin, mais pourquoi ne pas tailler une bavette avec Patou et son poulet rôti emballé dans un sac plastique bleu qui vous contera les meilleures anecdotes de la Pravda, et cette douce époque où en bande il choppait des skins et les bastonnait? Les jeunes d’aujourd’hui n’ont jamais connu ces petits plaisirs modestes (et gratuits).

5) Parce qu’au fond vous n’êtes qu’un sale bobo

Et que cela vous plait au fond qu’un barman condescendant nommé François vous adresse la parole comme au dernier des demeurés et drague ouvertement votre copine en lui faisant comprendre que le type qu’elle a en face d’elle (vous) n’est qu’un ours mal léché… Du cœur de vos entrailles, vous bouillez d’envie de lui arracher la langue et de le sodomiser avec, mais vous feignez un sourire de façade. Votre syndrome de Stockholm est activé, vous vouliez montrer que vous aussi êtes ouvert aux autres, cette immersion chez ces gens-là était en réalité un prétexte pour vous encanailler, c’est vrai que ça doit changer du satin et de la porcelaine ! Sur le chemin du retour, vous oublierez vite l’affront car vous réaliserez que vous gagnez votre vie au moins quatre fois mieux que ce petit connard.

Le bal perdu : À l'étage encore personne
Le bal perdu : À l’étage. Encore personne

Epilogue :

Votre première sortie dans le neuf-trois a été une réussite, bravo, vous êtes génial! De retour à Paris, on va vous prendre pour un putain de baroudeur de l’asphalte, vous serez le plus couillu de votre gang de hipsters et vous pourrez tringler n’importe quelle anorexique en sneakers. Vous voilà devenu un chef !

A réitérer idéalement un matin de marché pour approcher la plèbe susnommée ou une nuit d’été pour se moquer ouvertement des passants.

LE crade : 2,0/5 (Une déception, bizarrement le parquet en bois est parfaitement ciré, seule la porte des toilettes qui ferme pas donne quelques frissons)

LE hype : 3.5/5 (Rien de mieux pour briller en société que le 9-3: “Ouais ouais, le bal perdu… Tu connais pas? Mais si à l’angle entre le Leader price et le bazar pakpak, tu vois pas?”)

Le Bal Perdu
2 R Charles Graindorge
93170 Bagnolet
M : Gallieni (à 2 min du métro en rampant)
Prix du demi : offert par ton voisin alcoolique

 

 

 

Laisse nous ton commentaire

commentaires

7 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here