Le 7e LABO ETHNIK FASHION WEEKEND comme si vous étiez !

Fin mai, Afrokanlife rencontre la fondatrice d’un rendez-vous désormais incontournable pour les créateurs du monde entier : le LABO ETHNIK FASHION WEEKEND. Celui-ci s’est déroulé sur trois jours à l’Espace d’Animation des Blancs Manteaux en plein cœur du quartier du Marais et nous y étions.

 LABO ETHNIK FASHION WEEKEND

Vendredi 21 juin, 17 heures : Nous nous sommes ainsi présentées au 48 rue Vieille du Temple, dans le 4e arrondissement de Paris. La salle — magnifique ancien marché couvert construit au début du 19e siècle — est en pleine ébullition en vue d’une septième édition du Fashion Show!

Yvette Tai-Coquillay, à l’initiative de cet événement annuel, confie dans son interview pour AfrokanLife, sa vision du défilé, défilé qu’elle ne conçoit pas seulement comme un show, mais comme une véritable vitrine pour des créateurs afro-caribéens qui méritent un plus ample soutien de la part des médias et du public parisiens.

19 heures : Les défilés commencent sous les yeux impatients de plus de 1000 spectateurs et ce sont dix créateurs et créatrices, de tous âges et de toutes nationalités, qui nous éblouissent par leur créativité et leur originalité.

Quatre d’entre eux ont particulièrement retenu l’attention de la rédaction AfrokanLife…

Tout d’abord, la marque britannique de prêt-à-porter masculin Cœur, qui a ouvert le défilé, nous a séduites pour son côté dandy chic très british, mais aux couleurs douces et modernes, imaginée par Peter Jeun Ho Tsand, 25 ans, originaire de Hong-Kong.

Coeur Men Swear  © Alexandre Deurweilher
Coeur Men Swear
© Alexandre Deurweilher
Coeur Men Swear  © Alexandre Deurweilher
Coeur Men Swear
© Alexandre Deurweilher
Coeur Men Swear  © Alexandre Deurweilher
Coeur Men Swear
© Alexandre Deurweilher

Page Facebook Coeur Men Swear
Compte Twitter Coeur Men Swear

Du côté de la mode féminine, belle collection chez Korlekie, la jeune Beatrice Newman (Ghana & Grande-Bretagne) a démontré un immense travail tant sur les détails que sur les matériaux employés pour ses tenues très avant-gardistes.

Korlekie x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Korlekie x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Korlekie x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Korlekie x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher

Page Facebook Korlekie
Compte Twitter Korlekie

Chichia London, œuvre de la Tanzanienne Christine Mandho, propose quant à elle des créations très colorées qui mettent en lumière un tissu traditionnel d’Afrique de l’Est : le « khanga ».

ChichiaLDN x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
ChichiaLDN x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher

Page Facebook Chichia LDN
Compte Twitter Chichia LDN

Et le meilleur pour la fin, gros coup de cœur pour la marque Christie Brown, dont la créatrice ghanéenne Aisha Obuobi nous a inspirés par la grâce de ses robes, de ses drapés et pour ses accessoires qu’on a pu voir portés par Alicia Keys dans le Vibe Magazine d’avril dernier.

Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher
Christie Brown GH x Labo Ethnik © Alexandre Deurweilher

Page Facebook Christie Brown
Compte Twitter Christie Brown

Le lendemain, nous nous sommes rendues à la deuxième partie du salon Labo Ethnik : une expo-vente qui comptait environ 80 marques de prêt-a-porter, accessoires mode et bien-être. Était notamment présente une marque qui nous tient particulièrement à cœur chez AfrokanLife : INYÜ !

L’entrée libre a permis à plus de 4000 visiteurs d’arpenter les stands du Fashion Market. Ce jour-là a également eu lieu le concours « Émergence » destiné aux jeunes créateurs avec un jury formé de professionnels de la mode et des médias, jury présidé par Clarisse Hieraix, créatrice de mode. Un concours qui représente un véritable tremplin pour les jeunes designers français.

Enfin, pour clôturer ce week-end Labo Ethnik, le dimanche 23 juin était consacré aux exposants, de plus une conférence de 16 h à 17 h 30, ouverte au public a repris des problématiques incontournables pour chaque jeune créateur : comment développer sa marque, la financer et la lancer sur la scène mode internationale ?

Bref, merci à toute l’équipe du Labo Ethnik pour ce week-end riche en découvertes et pour permettre à de nombreux créateurs talentueux d’exister dans la sphère fashion parisienne !

Cet article a été co-rédigé par Cécilia Linval et Sophie Pénicaud.


Bio de Cécilia : I’m really passionated about women in society, being a twenty something girl makes me very curious. Also makeup and fashion does not consume my life, but it’s a fun hobby to indulge in!

Follow her on twitter @cici0nline

Like her page on Facebook : cici0nline

Laisse nous ton commentaire

commentaires