Kemi Seba présente son livre Supra Negritude

Kemi Seba de passage à Paris pour la sortie de son livre Supra Négritude a répondu aux questions d’AfrokanLife.

-Polémiste panafricain
– Producteur et animateur de l’émission radio “Afro-insolent”
-Membre du conseil d’administration de l’entreprise Afrikan Mosaique et chargé de communication de cette dernière depuis début 2011.

Votre avis sur Kémi Séba nous interesse. Laissez nous vos commentaires.

Partie 1

http://www.youtube.com/watch?v=XBLNSRoBFzc

Voir Partie 2 ici.

Biography
-Polémiste panafricain
-Chroniqueur politique TV (2STV), écrivain, conférencier spécialiste du panafricanisme

-Conseiller spécial du Professeur et philosophe Grégoire Biyogo sur les questions relatives au Panafricanisme.

-Etudiant en philosophie, disciple du Professeur Grégoire Biyogo (Historien de la philosophie, spécialiste de Derrida, de Rorty et de Cheikh Anta Diop). Grégoire Biyogo est professeur habilité à diriger des recherches et lauréat de la Sorbonne.

-Auteur du livre “Ma’at Ikh-s Philosophie” (paru le 10 avril 2010)
-Auteur du Livre Supra Negritude en 2013

Qualifié de FIGURE PRINCIPALE du radicalisme noir francophone par la journaliste ANNE SOPHIE LAPIX sur CANAL + en NOVEMBRE 2008, diabolisé à outrance par les médias français (ENVOYE SPECIAL SUR FRANCE 2, FRANCE 3 ou TF1)

Considéré comme une menace par le système SARKOZY (qui est allé jusqu’à l’emprisonner en février 2007), Kémi Séba est devenu en quelques années la figure incontournable du Panafricanisme Révolutionnaire francophone

Kémi Séba représente pour beaucoup l’avenir politico-culturel des noirs francophone, et au delà, celui de tous les anti-impérialistes qu’ils soient noirs, blancs, arabes ou autres. Né à Strasbourg, ayant grandi aux quatre coins de la France, il débuta sa carrière activiste, lorsqu’à 18 ans, en autodidacte qu’il était, il intégra l’antenne francophone d’un petit groupe d’étude de la “Nation de l’Islam” dirigé à l’époque par le frère Karim D. Muhammad.

Pendant un an et demi, jours et nuits, qu’il vente, qu’il pleuve,ou qu’il neige Kémi Séba apprit les mécanismes fondamentaux de la quête identitaire (connaissance de soi, histoire, réthorique, etc…) en conscientisant les siens sur le bitume et les bas fonds du milieu parisien.

Puis, estimant avoir terminé sa formation et fait le tour de cette micro structure, il décida de voler de ses propres ailes. Départ qui l’emmena en Égypte (KEMET) où il eût l’occasion de voir de ses propres yeux ce que les historiens savent être la matrice culturelle du continent africain, et d’étudier la MAAT, divine loi ancestrale.

De retour en France, Kémi Séba, après avoir observé scientifiquement le microcosme activiste noir (et avoir été de 2002 à 2004 porte-parole du Parti Kemite) fonda en 2004 le 1er mouvement noir radical de rue s’impregnant du kémitisme en France, à savoir la TRIBU KA, organisation qui se fit connaitre nationalement après être partie défier des milices sionistes qui avaient tabassé des Noirs. Nicolas Sarkozy, à l’époque Ministre de l’intérieur et SIONISTE déclaré, décida d’interdire la Tribu KA tout en laissant les groupuscules racistes juifs prospérer.

Suite à cette affaire qui provoqua un sentiment de 2 poids 2 mesures au sein de la communauté noire et même au dela, Kémi Seba entre temps incarcéré (2007), fût élu président du MDI en 2008, puis assigné à résidence de 2009 à 2010.

Depuis février 2011, malgré l’interdiction de sortie du territoire qui lui avait été imposée par les autorités françaises, Kemi Seba, tel un neg marrons du 21ème siècle, a bravé l’interdiction pour se rendre définitivement en Afrique, au Sénégal. Il y oeuvre depuis en tant que choniqueur politique dans l’emission la plus célèbre d’Afrique de l’Ouest, le GRAND RENDEZ VOUS sur la 2STV, et comme conférencier prisé sur les questions panafricaines dans les universités d’Afrique de l’ouest.

Cette vidéo a été réalisée par Jean-Joseph Agoua. 

 

 

Laisse nous ton commentaire

commentaires

2 COMMENTS

  1. Difficile de commenter adéquatement une entrevue aussi riche en idées. Il s’exprime d’un ton déterminé et sans détour qui lui a sans doute valu son étiquette d’extrémiste. La conviction, affichée de façon aussi décomplexée et assumée, fait peur. Surtout qu’effectivement il se place à l’opposé des politiques intégrationnistes, en rupture avec une société qui tend à effacer les individualités au profit d’une homogénéité plus rassurante et plus facile à gérer.
    Tu m’étonnes qu’il dérange: il enjoint fermement chaque Africain à se responsabiliser et à s’assumer pleinement dans un processus d’intégration qui se fait souvent aux dépens des valeurs africaines. En gros à se révolter pacifiquement contre une assimilation devenue inhérente aux ressortissants du continent une fois en Occident.
    Après oui on ne peut pas “forcer” ceux qui sont en Occident depuis 2-3 générations à chercher des racines depuis longtemps diluées, mais comme il dit “tu resteras toujours un Africain en France” (au Canada, un haïtien par défaut). Ça porte à réflexion. En effet qui n’a jamais eu droit à “oui tu es Français(e) mais tu viens d’où à l’origine”.
    En rapport à cela, il pointe aussi le besoin quasi-viscéral de reconnaissance -d’approbation- des communautés noires en parallèle avec la communauté chinoise qui n’en à vrai dire que faire. Comparaison percutante qui met en relief un complexe d’infériorité qui se transmet de génération en génération.
    Bref, en tant que panafricaniste, j’adhère au point de vue présenté ci-haut. Il est franc et recadre/élabore son propos pour couper court aux malentendus. Après libre à chacun(e) de comprendre ce qu’il(elle) veut. Selon Kemi Seba, panafricanisme et revendication de soi ne sont pas synonymes d’isolement, d’intégrisme mais au contraire d’une révolution politico-culturelle nourrie par les élans de la modernité et le respect des origines. Je dis bravo.
    Enfin je tiens à préciser que ce déséquilibre culturel a aussi lieu en Afrique; avec l’hypermondialisation les jeunes “du bled” rêvent d’ailleurs parfois avec une perspective floutée de leurs réalités quotidiennes. Mon petit-frère de 15 ans par exemple ne comprend pas mon désir de rentrer (le monde à l’envers?). C’est un aspect qui serait important à considérer dans sa démarche.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here