LATEST ARTICLES

Montréal vibre pour la Coupe du Monde de soccer FIFA, Russie 2018

La Coupe du Monde de la FIFA: Retrouvez la composition des groupes, le calendrier et nos prédictions Mise-O-Jeu pour la Coupe du monde en Russie, qui se disputera du 14 juin au 15 juillet.

Montréal vibre pour la Coupe du Monde de soccer FIFA, Russie 2018

Où sont les villes des stades des matchs de la Coupe du monde 2018 ?

  • Ville de Moscou – Stade Loujniki -Capacité : 81 000 (stade de la finale)
  • Ville de Saint-Pétersbourg: Stade Krestovski -Capacité : 69 500 (stade d’une demi-finale)
  • Ville de Nijni Novgorod: Stade de Nijni Novgorod – Capacité : 44 899 (stade d’une quart-finale)
  • Ville de Kazan: Kazan-Arena – Capacité : 45 015 (stade d’une quart-finale)
  • Ville de Sotchi: Stade Ficht – Capacité : 47 659 (stade d’une quart-finale)
  • Ville de Samara: Cosmos Arena – Capacité : 44 918 (stade d’une quart-finale)
  • Ville de Moscou – Otkrytie Arena – Capacité : 46 990
  • Ville de Kaliningrad: Baltika Arena – Capacité : 35 000
  • Ville de lekaterinbourg: lekaterinbourg Arena – Capacité : 35 000
  • Ville de Saransk – Stade de Mordovie – Capacité : 45 015
  • Ville de Rostov-sur-le-Don: Rostov Arena – Capacité : 43 702
  • Ville de Volgograd: Volgograd Arena – Capacité : 45 015

À quoi ressemble la Russie pour les matchs de la Coupe du monde 2018 ?

Quel est la composition des groupes pour les matchs de la Coupe du monde 2018 ? (cliquez sur chaque pays pour voir la fiche spéciale)

Groupe A

Russie

Arabie Saoudite

Égypte

Uruguay

Groupe B

Portugal

Espagne

Maroc

RI Iran

Groupe C

France

Australie

Pérou

Danemark

Groupe D

Argentine

Islande

Croatie

Nigéria

Groupe E

Brésil

Suisse

Costa Rica

Serbie

Groupe F

Allemagne

Mexique

Suède

République de corée

Groupe G

Belgique

Panama

Tunisie

Angleterre

Groupe H

Pologne

Sénégal

Colombie

Japon

 

Pour tous les paris de la compétition rendez-vous sur Mise-o-jeu+  

mise-o-jeu +

cote pays paris miseojeu soccer -1

Quel est l’avis des experts du soccer montréalais sur la prochaine Coupe du Monde 2018 ? Une série de 8 podcasts à découvrir d’urgence !

Comment participer au jeu des prédictions de la Coupe du monde 2018 ? (cliquez pour participer)

 

Quel est le calendrier de la deuxième phase de la Coupe du monde 2018 ?

Les groupes de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

fifaworldcup_russia

 Où voir les matchs de la Coupe du Monde 2018 – Télévision et Streaming ?

Selon une annonce effectué e n Février 2015, le Réseau des Sports (RDS) continuera de présenter la Coupe du monde de soccer de la FIFA sur ses ondes jusqu’en 2026.

Où voir les matchs de la Coupe du Monde 2018 – Café, Bars, Restaurants, Salles  ?

Allemagne

Irish Embassy
1234, rue Bishop

Angleterre

Pub Burgundy Lion
2496, rue Notre-Dame Ouest

Belgique

Bier Markt
1221, boulevard René-Lévesque Ouest

Belgique

Champs Bar
3956 St Laurent Blvd

Danemark Suède Islande

Le Saint-Edouard
808 boulevard Rosemont

Colombie

Las Palmas Cafeteria
14 Rachel Est.

Espagne

Club Espagnol du Québec
4388, boulevard Saint-Laurent

France

L’Barouf
4171, rue Saint-Denis
Union française de Montréal
429, avenue Viger Est
Bar Monsieur Ricard
4543, avenue du Parc

Mexique

Le Tequila Bar
972 Decarie Blvd

Portugal

Café Central
4051, rue Saint-Dominique

Russie

Chez Boris
5151, avenue Parc

*****  Autres bonnes adresses…


CAF MTL 

187, place d’Youville

McKibbin’s
1426, rue Bishop

Irish Embassy
1234, rue Bishop

MVP
200, rue Sainte-Catherine Est

McLean’s
1210, rue Peel

Café Olimpico
124, rue Saint-Viateur

Quels sont les plus beaux buts de la phase de qualification de la Coupe du Monde 2018 ?

Comment s’appelle le ballon de la Coupe du Monde 2018 ?

Un choix sobre en noir et blanc qui nous rappelle les ballons des années 70 et 80, le centre de l’attention de la Coupe du Monde s’appelle « Telstar 18 » , abréviation de « star de la télévision ». Il succède donc au ballon brésilien Brazuca et au cuir sud-africain Jabulani.

La Ville de Montréal prête à accueillir la Coupe du monde

Revue de presse de la coupe du monde à Montréal

Si Montréal obtient le droit d’accueillir des matchs de la FIFA, il faudra sortir le chéquier. Des documents consultés par Radio-Canada révèlent les coûts et les retombées envisagés d’une telle organisation. Il faudra aussi que le toit du stade olympique puisse se démonter, ce qui n’est pas garantihttps://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1084716/coupe-du-monde-soccer-fifa-montreal-canada-2026-couts-stade-olympique

La Ville de Montréal prévoit une enveloppe totale de 69 millions $ advenant le cas où la Coupe du monde de soccer présenterait des matchs dans la métropole québécoise en 2026: http://www.journaldemontreal.com/2018/03/16/mondial-2026-une-mise-a-jour-de-la-candidature-de-montreal-a-venir

Alors qu’organiser une partie de la Coupe du monde de soccer à Montréal en 2026 pourrait coûter plusieurs dizaines de millions de dollars, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, affirme vouloir «éviter à tout prix» un «fiasco financier» semblable à celui vécu par la métropole avec la Formule E.: http://journalmetro.com/actualites/montreal/1413903/coupe-du-monde-2026-valerie-plante-veut-eviter-un-fiasco-financier/

Pour la Coupe du Monde 2018 (14 juin-15 juillet) le Kan Football Club vous offrira un contenu local et décalé pour vivre la compétition sans frontières. Bonne poutine du soccer !


Abonnez-vous sur iTunes

Laissez une note (5 étoiles svp!!) et un commentaire sur Itunes en plus de vous inscrire au fil RSS. Parlez de nous à vos amis, collègues, coéquipiers!

Supportez-nous

Procurez-vous la collection #SoccerLocal de Trop de Poutine

➡ https://tropdepoutine.com/collections/soccer-local


Abonnez-vous à nos médias sociaux

FACEBOOK ➡ https://www.facebook.com/kanfootballclub 

TWITTER ➡ https://www.twitter.com/KanFootClub

Projecteur sur Js-ethniklothes pour habiller votre été


À la recherche de nouvelles inspirations pour cet été nous sommes tombés sur une jeune marque très prometteuse. La Mode africaine sur Js-ethniklothes.com est bien représentée sur cette boutique en ligne aux multiples collections et aux inspirations du continent.

Double culture et mélanges uniques

J&S ethniklothes est le fruit du travail de Colette une styliste de Dijon en France. La créatrice qui est arrivée en France dans les années 2000 s’est lancée dans le stylisme en 2019 avec l’ouverture de sa boutique en ligne.

Un tour rapide sur son lookbook nous donne un aperçu de l’étendu de son travail de mode multiculturelle. On y retrouve une variété des morceaux intemporels comme les vestes longues, blazers, ou les bombers. Ces derniers sont particulièrement flashy. Ils constitueront à coups sur une pièce qui fera sensation dans votre garde-robe.

Crédit photo Js-Ethniklothes

Quant aux blazers ce sont des modèles uniques, avec ou sans col qui donne une allure chic et décontractée. D’ailleurs ce qu’on aime particulièrement dans ce style de Js-ethnik c’est la légèreté des pièces qui s’agence avec différents looks. On trouve aussi des boléro, une forme de veste courte ou un gilet non boutonné parfait pour l’été.

Il existe un nombre conséquent d’article sur la boutique, de quoi flâner et magasiner à souhait. Cet été on craquera aussi pour les sacs à mains comme les robes, les jupes, les sandales et les sacs à main. Au sujet des jupes, vous en trouverez de plusieurs types. Celles qui sont surnommées les “intemporelles” ont plusieurs imprimés qui vont retenir votre attention. Mais on aime particulièrement les jupes superposées, qui sont très chic pour les sorties.

Les sacs à main sont assez originaux grâce à leur forme ronde leur forme circulaire. Mais ce n’est pas tout car on trouve une vaste gamme de sac à dos, mais aussi des trousses, pour s’équiper la prochaine rentrée. Les sac sont disposent d’une poche avant et de poches latérales donnant largement de quoi stocker nos précieuses affaires.

Le wax, un symbole culturel

La jeune créatrice de vêtement utilise le tissu wax pour proposer des créations à la mode pour femme et pour homme. Le wax est un tissu de qualité supérieure originaire du Pays-Bas et très populaire en Afrique de l’Ouest. Comme plusieurs stylistes, Colette puise dans son parcours une source inépuisable de créativité pour mettre en valeurs plusieurs pièces uniques et accessoires. Le pagne wax est très polyvalent, son usage permet de fabriquer tous les styles de vêtement.

Symbole de la culture africaine il peut se porter partout, en toutes circonstances. Il faut néanmoins savoir comment l’agencer soit discrètement comme un accessoire ou sous forme de rappel, ou bien de façon plus total pour afficher vos couleurs.

Comme l’on croit souvent à tort que porter du wax coûte cher nous avons fait un tour parmi les petits prix. On trouve de nombreux accessoires dont des bandeaux et des chouchous pour attacher une petite touche de couleurs dans les cheveux. Ce sont des créations faites mains qui sont disponibles dans plusieurs coloris tous très chatoyants. D’autres accessoires que l’on apprécie pour porter avec les pièces de la boutique ce sont les boucles d’oreilles. Et parce que J&S fait le pari de nous habiller de la tête aux pieds l’on pense aussi à leur collection de sandales, montantes ou bien en petits noeuds papillons, qui sera vous ravir durant l’été. Il existe aussi des modèles pour enfant, qui sont à craquer.

Crédit photo Js-Ethniklothes

En savoir plus

Souvent présente lors de pop up shop de sa région et très active en ligne, vous pouvez suivre la marque sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de leur actualité. La page Facebook est https://www.facebook.com/jsethniklothes et le compte instagram

What Are the Best Time Management Technique?

The modern world has blessed us with many amenities and technologies that have made our life easier. The work that used to take hours or days in the past can be done within a few minutes now. This doesn’t mean that people have got a lot of time. They have become busier than they were. However, if a person knows how to manage time, he/she can get the work done effectively.

Time management refers to the structured way of handling the available time. Most people think of time management as dividing it up correctly, but it is more than that. The goal of time management should be to get the work done efficiently without being stressed and reach the goals in a concentrated manner. Here, we have enlisted some important time management techniques that will help you to utilize the available time effectively.

Make A To-Do List

This is one of the traditional techniques to manage your time. Make a list of the things that you have to complete in the given time. It would be satisfying when you cross off work one after the other on the list. You always have an overview of which tasks are pending, and you can see what you have already done. However, you need to make sure that the list contains only important things and the deadline.

Make A Not-To List

You can also make a list of the things that you would not like to do or the things that ruin your time management. For instance, you can write down to avoid social media, read every email, checking your phone more often, skipping the lunch break, and many more. You make yourself aware of where the biggest time wasters are lurking. You can then confidently avoid them and use your time productively.

Pomodoro Technique

Francesco Cirillo developed this time management technique. According to this method, you need to break down the work you want to complete in multiple small intervals. For instance, if your work takes 3 hours, you can break it down in 6 intervals of 30 minutes. After every thirty minutes, you need to take a short break and then get back to work. This way, you will be able to get your work done quickly and without getting bored. In a break, you can also bet on some games at Meilleur bookmaker or play some short games on your phone.

Eisenhower Decision Principal

This time management method emphasizes the importance of the task. According to Eisenhower Matrix, there are four categories of work, i.e.,

  1. Important and Urgent
  2. Urgent, but not important,
  3. Important but urgent
  4. Not important and not urgent.

You should complete the task according to the order mentioned above. First, go for the task that falls in the first category and then follow up the action to the next category. The advantage of this technique is that you would clearly see how you should prioritize the tasks. This way, you will do the important thing without any delay, and you avoid forgetting the important ones about unimportant but urgent tasks.

Start with Who. The right person at the right place. By Arnaud Segla

A simple recall

Simon Sinek told us about the Golden Circle (Why, How and What) explaining that people don’t buy What you do but Why you do it, pointing that before you get the success you deserve with the early and late majority you probably have to convince the innovators and the early adopters with the Why.

Complement

I want to complement the Golden Circle with the Who and the Where.

Indeed, before you move to the Why, you need to know Who you are truly I mean finding the inner definition guiding your motivation to do business. It comes from the destiny most of the time, and people use spiritual initiation within their life pathway to find their true self and the meaning of their life. For women it is often before they give birth, and men around 42 years old.

The second complement to the Golden Circle is the Where. It is simply the Market or the Ecosystem. Where the entrepreneurs get the business ideas or position themselves. So, It stands for the environment of the business.

I’m not a professional in biology, but if the Golden Circle represent the brain with the Why, How and What, the Who might represent for sure the pineal gland and the Where all the sensors within the living body reading the stimulations from the environment.

The two pathways

There are two ways to walk this extension of the Golden Circle that I call myself the Marketing Target.

If you go from the Where towards the Who, you probably use entrepreneurship to achieve yourself. Which represent the top level of Maslow Pyramid. This is most of the case in formal entrepreneurship of liberal System. People have the money but are looking for the sense of their life. Business is done by identifying a Need in a Market and finding a solution to it. So, the journey is from the Idea to the Positioning.

If you go from the Who towards the Where you probably use entrepreneurship to build or rebuild a heritage. Which represent the basic level of the Maslow Pyramid. This is most of the case in the informal entrepreneurship of the Southern countries. People have the sense of their life but are looking for the money. Business is done by identifying a Gift that you Master and finding a clientele to it. So, the journey is from Ideal to the Practicing.

The two pathways do not lead to the same behaviour.

In the formal economy, the individuals might multiply business projects, through Adaptation and Charisma efforts (meaning Innovation), in order to achieve themselves.

In the informal economy the individuals might multiply business engineering, through Performance and Promotion efforts (meaning Sales), in order to be successful in one main project.

The right Person to the right place

By starting with the Who (your definition), one important thing is to be in alignment with your Why (your objective) first. Then the How, the What and the Where should follow naturally.

If the Golden Circle was a pipeline, the Marketing Target becomes a tunnel when the 5 parameters are aligned.

The alignment helps you to be consistent in all what you do from the Attitude in your personal branding to the choice of financial levers to reach your Results.

That leads to have the right person (Who) to the right place (Where).

Finally, this is one purpose of the Ka Method Which define a new model for business management replacing Mankind in the core of economy.

4 documentaires sur des destins exceptionnels

Depuis quelques années, nous assistons au retour en force des documentaires biographiques. En effet, de grands films sont sortis au cinéma, mais aussi sur les plateformes de vidéos à la demande, dont Netflix. Son catalogue regorge de perles mettant en scène des destins exceptionnels, comme Amy, ou des scandales politiques, comme Chambre 2806 : l’affaire DSK.

Mais d’où vient leur succès ? De la narration d’un parcours extraordinaire avec toutes les recettes d’un bon film (une mise en scène travaillée, des décors naturels à couper le souffle ou encore des images d’archives particulièrement croustillantes), ils nous font pleurer, rêver, ils nous permettent de nous identifier à leurs personnages principaux et à ce que nous savons d’eux, mais surtout, ils nous apprennent des choses ! Cette dimension pédagogique est donc au centre de l’exercice, et c’est un moyen d’apprentissage particulièrement ludique et divertissant.

Parmi tous ces documentaires qui sortent chaque année, il est parfois difficile de faire un choix. Nous vous avions parlé des meilleurs films de ces dernières années, voici désormais une sélection de 4 documentaires qui valent le détour ! Bouclez votre ceinture, c’est parti pour un voyage à travers le monde et les époques !

Sugar Man

Si vous êtes amateur de récits qui semblent presque improbables, c’est le documentaire qu’il vous faut ! Petit bijou du cinéma, récompensé par de nombreux prix, il met en scène une enquête extraordinaire sur le musicien Sixto Rodriguez. Son nom ne vous dit rien ? C’est normal ! Cet artiste, ayant enregistré deux albums dans les années 1970 aux États-Unis qui furent un cuisant échec, est tout de suite retourné à une vie normale en travaillant dans la construction.

Mais c’est sans savoir qu’à l’autre bout de la planète, en Afrique du Sud, son disque va devenir un immense succès populaire et un symbole révolutionnaire, une véritable figure de la lutte contre l’apartheid qui y faisait rage. Ce documentaire suit deux hommes sud-africains partant à sa recherche et réserve de nombreuses surprises ! À voir absolument !

Citizenfour

Tout le monde connaît le nom d’Edward Snowden et ses révélations sur les pratiques du gouvernement américain ont choqué le monde entier. Mais peu de gens connaissent les détails de cette histoire et c’est pourquoi ce documentaire est particulièrement passionnant.

Dans un récit plein de rebondissements, nous suivons les journalistes Laura Poitras et Glenn Greenwald alors qu’elles effectuent l’interview de Snowden dans une chambre d’hôtel à Hong Kong afin de réunir toutes les informations qu’elles s’apprêtent à révéler au monde. C’est une très belle leçon sur l’importance du métier journalistique et de l’information, qui nous tient en haleine du début à la fin !

Free Solo

Si vous aimez les grands espaces, la nature et les sports extrêmes, c’est le documentaire idéal ! Car ce film, récompensé par l’Oscar de sa catégorie, va vous donner le vertige ! Il raconte l’ascension de la formation rocheuse El Capitan du parc national de Yosemite par Alex Honnold, et tout cela, sans cordes, sans protection et sans harnais. On vibre tout au long du documentaire aux côtés du sportif qui fait preuve d’un énorme sang-froid et provoque l’admiration.

Car si c’est un film à voir, ce n’est pas seulement pour les sensations fortes qu’il procure, mais aussi l’étonnante leçon de dépassement de soi. En effet, le documentaire nous montre à quel point la confiance en soi permet de combattre et de dépasser ses peurs. Embarquez dans l’aventure, vous n’allez pas le regretter !

Être et avoir

Parfois, nul besoin de mener une vie pleine de rebondissements pour avoir un destin exceptionnel ! Ce documentaire sur l’école, qui a eu un énorme succès à sa sortie, dépeint avant tout des scènes de vie et l’exceptionnelle beauté des petits moments quotidiens. On y suit un instituteur, Georges Lopez, dans sa petite école communale auvergnate.

Les relations qu’il entretient avec ses élèves y sont montrées dans leur plus grande simplicité, tout en émotion et en bienveillance. Une fresque intimiste, qui nous fait retourner en enfance et apprécier les bonheurs simples de la vie. Une petite merveille qui va émouvoir toute la famille !

COUP DE FOUDRE OU DÉSAMOUR À NOLLYWOOD ?

Pour les plus romantiques d’entre vous qui pensiez voir un film très fleur bleue dans le même registre que « Quand Harry rencontre Sally », la déception était au rendez-vous. De même, pour ceux qui sont plutôt second degré concernant les comédies romantiques et s’attendaient à visionner un remake inversé de « Coup de foudre à Bollywood », l’incompréhension était présente.

Hélas, « Nasmaste Wahala » n’a pas fait l’unanimité auprès du grand public. On ne savait pas sur quel pied danser en regardant cette réalisation de Hamisha Daryani Ahuja. À votre avis, qui est-ce qui a pu faire défaut à la filmographique assez surprenante au niveau du casting ?

CAPTURE FILM NAMASTE WAHALA

SCÉNARIO TRÈS LÉGER

SCÉNARIO TRÈS LÉGER

Au premier abord, le synopsis a dû, sûrement vous faire rêver ! Le film partait avec un fort atout en mettant en scène une histoire d’amour interdite entre un bel Indien et une Nigériane charismatique. Malgré une mixité culturelle très audacieuse, le scénario n’a pas suivi pas dans cette lancée époilante. Vous étiez face à du « déjà vu », avant même d’atteindre le générique final, on connaissait déjà le dénouement. Cela en soi n’est pas horripilant, car de nombreuses projections cinématographiques suivent le même schéma romantique de base, néanmoins le jeu d’acteur était monotone.

JEU D’ACTEUR PROPREMENT UBUESQUE

Lorsque nous avons visionné les premières minutes de « Nasmaste Wahala », nous voulions appuyer sur « stop » pour mettre fin à ce calvaire. Nous étions désagréablement surpris par le rôle des protagonistes assez caricatural. On ne savait pas comment se positionner dans cette lecture filmographique. Peut-être, avons-nous adopté la mauvaise approche en pensant nous attendre un registre romantique sérieux. Toutefois, ce qui a surtout failli à la distribution était la privation de personnages captivants et spontanés.

ABSCENCE DE MARQUEURS CULTURELS

L’absence des marqueurs culturels a affaibli l’originalité du film. Malgré la garde de robe fascinante du personnage principal Didi, interprété par Ini Dima-Okojie, la réalisatrice Hamisha Daryani Ahuja n’a pu su nous faire voyager à travers son œuvre. Certes, il y avait quelques indications qui nous permettaient de géolocaliser la romance, mais les spécificités rattachées à la culture nigériane et indienne ont été survolées.

UNE COMÉDIE PAS SI DÉSASTREUSE

Que vous ayez aimé ou pas, il faut tout de même encourager le film qui a exposé les violences faites aux femmes. Dans une lutte judiciaire, la jeune avocate Didi se bat pour rendre justice à une femme battue par un homme « intouchable ». En effet, cette situation malheureuse présente au Nigeria doit être dénoncée sans relâche. Par ailleurs, on compte une jeune fille sur quatre qui serait victime de violences physiques et sexuelles avant l’âge de 18 ans. Ce fléau touche, également des milliers de femmes majeures.

Si vous n’avez toujours pas visionné « Nasmaste Wahala », allez le regarder par curiosité et faites-vous votre propre opinion, malgré les critiques constructives autour de la projection.

LIRE AUSSI :

SÉLECTION DES FILMS QUI ONT MARQUÉ LES CINQ DERNIÈRES ANNÉES

SOS, 30 ANS, T’AS TOUJOURS PAS PÉCHO ?

L’AMOUR 2.0 : LA RUCHE DES CÉLIBATAIRES

À la rencontre des meilleurs dirigeants sportifs de la planète

Si ceux qui vous font lever de votre siège ou canapé sont bien souvent les acteurs des rencontres sportives auxquelles vous assistez, ils font avant tout partie d’organisations dirigées par des hommes d’affaires ou d’anciens sportifs de renom. Amoureux du sport avant tout, certains sont reconnus de manière très spéciale par leurs pairs. Pour vous, nous avons listé quelques-uns de ces dirigeants qui œuvrent dans le monde du sport et qui méritent une estime particulière quant au travail effectué à la tête de certains clubs, franchises ou organisations. 

Adam Silver, commissioner de la NBA

La NBA fait sa révolution depuis plusieurs années. Les années 2000 étaient marquées par une succession de scandales auprès des propriétaires, ainsi que par de trop nombreuses et violentes bagarres sur les terrains d’une ligue que l’on appelait “ligue de voyous.” Longtemps, les Américains ont donc délaissé le plus célèbre championnat de Basket-Ball au monde au profit du championnat universitaire NCAA. Si le regretté David Stern avait redessiné la ligue entière, alors peu appréciée des annonceurs pour les droits télévisuels et autres contrats publicitaires, Adam Silver a pris la suite de son mentor pour faire de la NBA l’une des entreprises les plus puissantes au monde. Il a empêché d’autres lock-outs de se produire et, en valorisant les joueurs ainsi que leur image, a permis la négociation de nouveaux contrats télévisuels. Ce faisant, les contrats des joueurs vedettes ont explosés. Ainsi et grâce à leur niveau sportif supérieur, des joueurs tels que LeBron James, James Harden ou Kevin Durant figurent parmi les sportifs les plus riches au monde. Chaque année, les gains de James flirtent avec les 100 millions de dollars. 

Le président de la NBA n’a jamais hésité à monter au créneau et à défendre les intérêts de ses joueurs ou de la ligue en général. C’est pour ces raisons, liées à son éthique parfaite, qu’il a décidé d’exclure l’ancien dirigeant des Clippers suite à des propos racistes en 2014. 

Dietrich Mateschitz, fondateur de Red Bull 

Il est avant tout un passionné de sports et c’est également grâce à cela que sa marque, bien connue de tous, est devenue le leader mondial des boissons énergisantes, même si elle représente bien plus que cela. En Formule 1, il a racheté les écuries Jaguar et Minardi et fondé Red Bull Racing et Toro Rosso, renommée cette saison Alpha Tauri. La première écurie truste depuis sa création les podiums et a même remporté quatre titres de champion du monde successifs grâce à Sebastian Vettel.  

En Football, il a construit un empire en créant d’abord le Red Bull Salzbourg, non loin de son fief autrichien de naissance. Sont ensuite apparus les rachats du club de New York et de Leipzig. Ce dernier est à l’heure actuelle en passe de devenir un grand d’Europe. 

Il est très impliqué dans la philanthropie, et c’est pour cela qu’il a créé l’association Wings For Life qui vise à aider la recherche sur les maladies de la moelle épinière. 

Robert Kraft, propriétaire des New England Patriots (NFL)

Qu’un homme comme Robert Kraft soit à la tête de la franchise la plus victorieuse tout sport confondu (aux Etats-Unis) ces dernières années est tout sauf un hasard. Celui qui possède aussi la franchise de MLS des New England Revolution, ainsi qu’une franchise d’e-Sport, a récupéré et racheté la franchise du Massachusetts en 1994. 

25 ans plus tard, il est à la tête d’un empire sportif estimé à plus d’un milliard de dollars la saison dernière. Lorsqu’il avait repris la franchise, elle était tout simplement la moins rentable et la moins attirante de toute la ligue de Football Américain. Rien que ça. 

Depuis qu’il en est le propriétaire, les Patriots ont remporté à six reprises le Super Bowl, plus que n’importe quelle autre équipe. Kraft est toujours autant investi auprès de ses joueurs et équipes techniques, ce qui fait que ses mauvais choix se comptent à peine sur les doigts d’une main…

Une proposition d’amélioration de l’adéquation Individus-Filière de Formation-Métier dans les Pays du Sud.

« Les voyages forment la jeunesse » dit l’adage. La jeunesse, des Sud en général et africaine en particulier, dont les parents ne disposent pas de ressources n’a souvent pas la possibilité d’ouvrir ses horizons en touchant du doigt d’autres réalités que celles qu’elle vit localement au quotidien. Bien que l’Internet et la télévision montrent une certaine image de l’occident, le mythe demeure et conduit plusieurs à l’aventure vers des eldorados qui se traduisent en mirages ou se terminent à la nage. En dehors de cela, les promoteurs de projets d’affaires voulant investir dans les pays africains ont besoin de compter sur une main d’œuvre qui comprend leurs réalités culturelles en plus d’avoir des qualifications suffisantes. Trop souvent le développement est le fait de coopérants volontaires, formés à s’adapter à d’autres environnements, voulant renforcer des capacités mais qui finissent par en faire plus du fait de la barrière culturelle de leurs interlocuteurs. Avoir une fois dans sa vie, vécu en occident, y avoir reçu une formation et y avoir testé les possibilités en matière d’entreprise d’affaires laisse une empreinte indélébile sur un jeune adolescent qui pourra mûrir sur des bases plus riches. Sachant que pour des jeunes filles (futures femmes et mères) cela les soustrait un peu plus à la logique d’abandon du cursus scolaire pour aller plus tôt sur le marché de l’emploi ou vers la vie de foyer. Nous nous proposons de nous attaquer à la base de l’orientation vers des formations supérieures et professionnelles qui font l’adéquation formation vs emploi en Afrique et au-delà à la question de l’éducation vs inclusion. La bonne formation supérieure puis la bonne carrière se détermine de façon sensible à la classe de secondaire 4 (2nde de Lycée). En effet les jeunes qui choisissent les filières professionnelles sont le plus souvent les jeunes dont les parents n’ont pas les moyens de payer de longues études à leurs progénitures et qui alimentent l’effectif de la population marginalisée. Ouvrir leur horizon leur permet d’avoir l’ambition d’une meilleure mobilité sociale ou de se donner les conditions pour celle-ci.

Le projet objet de ce Mode d’Organisation de Vie Entrepreneuriale Simple (MOVES), que nous proposons ici, offre l’opportunité à des jeunes adolescents, des pays du Sud, choisissant des filières professionnelles après leur diplôme de BEPC (Brevet d’Étude de Premier Cycle) de faire leur classes de « 4ième année de secondaire » encore appelées « classe de 2nde de Lycée », dans un établissement d’une Cité des pays dits industrialisés accueillant les migrants pour raison socioéconomique, afin d’aider à leur éveil dans le cadre de la préparation à leur CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) ou BEP (Brevet d’Études Professionnelles) et au-delà en fonction de leurs capacités. Placé en famille d’accueil, ils auront la possibilité de suivre un autre cursus dans leur langue d’expression, d’être en immersion dans un pays dits développé et d’avoir un renforcement de capacité en entrepreneuriat en vue de leur autonomisation socioéconomique. Pour nous renforcer le développement social et économique d’hommes et de femmes, particulièrement de femmes, provenant de pays du Sud et de leurs diasporas c’est commencer par la jeunesse en lui permettant d’être très tôt plus performante et adaptée face aux réalités mondiales du marché.

Ainsi, rappelons-le, l’objectif ultime pour nous est que l’effort de la communauté entière consiste à renforcer le développement social et économique d’hommes et de femmes, particulièrement de femmes, provenant de pays sources et à faciliter les relations avec la diaspora présente dans les Cités des pays dits industrialisés. Cela passe, tout d’abord, par un effort pour assurer aux hommes et aux femmes un plus large accès inclusif et équitable à des études supérieures et à une formation professionnelle de qualité dans des domaines thématiques clés. Ensuite, permettre aux hommes et aux femmes, particulièrement aux femmes, de participer de façon équitable au marché du travail (entrée sur le marché du travail, retour ou maintien en poste, promotion). Enfin, renforcer la coopération et les synergies entre les boursiers et boursières, les établissements des Cités accueillant la main d’œuvre migrant pour raison socioéconomique et les pays Source de cet Exode.

Concrètement pour nous cela se traduit par :

  • Un plus grand choix d’orientations professionnelles en lien avec les innovations technologiques pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles
  • Des études supérieures professionnelles de qualité après enrichissement culturel pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles
  • Des qualifications professionnelles des profils en demande sur le marché du travail pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles
  • Une meilleure intégration au marché du travail et au monde des affaires après participation à la diversité entrepreneuriale des villes d’accueil pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles
  • Une connaissance accrue de la culture francophone, anglophone et allophone d’Amérique du Nord pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles
  • Une Connaissance accrue du système, des programmes et formations professionnelles canadiennes pour les jeunes hommes et particulièrement les jeunes filles

En effet, les pays à faibles revenus ou à revenus intermédiaires de Sud présentent souvent la caractéristique d’avoir une jeunesse dynamique, nombreuse mais inadaptée au marché de l’emploi. Cela pose des problèmes d’inclusion et de mobilité sociale et donc d’épanouissement socioéconomique pour ces pays dont les ressources sont disponibles mais l’ingénierie et les capacités de défense sont encore trop faible pour en optimiser l’exploitation. Permettre des programmes d’échanges et de partage scolaire international c’est, comme nous l’envisageons, s’attaquer à l’éveil même de cette jeunesse qui reste ignorante des réalités des pays industrialisés dont les modèles font leurs preuves économiquement mais avec des points d’attention sur le plan social. Cela permettrait aux jeunes de connaitre très tôt les possibilités technologiques, d’y participer sans toutefois perdre leurs repères identitaires et de revenir plus confiants pour avoir des perspectives de comparaison face à l’influence de géants économiques asiatiques (Inde et ou Chine) qui ne leur permet que d’être des consommateurs. L’impact voulu est de favoriser l’innovation et de remonter le niveau de créativité des jeunes de retour dans leur pays.

Le retard technologique de la plupart des pays cibles du Sud n’est plus à prouver. Malgré les velléités de transfert technologique et de savoir opéré par les différentes diasporas, le niveau des qualifications locales et régionales reste insuffisant. De sorte qu’en matière de développement, l’assistance technique extérieure peine à se désengager pour un réel partenariat gagnant gagnant. Les experts sensés appliquer des logiques de « faire avec » sont obligé d’être des prédateurs d’opportunités d’affaires pour lesquels les professionnels locaux ont un meilleur point de vue et une meilleure approche culturelle mais un déficit de compétences. Le jumelage d’étude et d’apprentissage à un niveau secondaire permet d’assurer un plus large accès inclusif et équitable à des études supérieures et à une formation professionnelle de qualité dans des domaines thématiques clés. Ce par l’éveil Eco-humain.

Les jeunes qui choisissent les formations professionnelles dans les pays cibles sont souvent ceux qui ont du mal à trouver leurs marques dans le système éducatif général et qui se dirigent vers le marché de l’emploi par la voie la plus courte. Leur espérance de mobilité sociale est souvent plus limitée de fait de plusieurs phénomènes sociaux comme le fait d’être les pourvoyeurs économiques ou détenteur du pouvoir social pour des communautés, familles ou foyers. Ils sont de fait exclu d’une vie riche en expérience internationale et passe le clair de leur temps de vie à servir d’autre dont l’héritage patrimonial est meilleur. Notre Vision se veut de jouer sur trois leviers pour améliorer leur chance d’inclusion dans les zones décentes des classes démographiques. Il s’agit de l’enrichissement culturel, l’inclusion économique et la diversité entrepreneuriale

Concevoir et mettre en place un environnement d’éveil à travers une année de jumelage d’étude et d’apprentissage des jeunes qui fait intervenir des familles d’accueil, des établissements secondaires professionnels et des formateurs en entrepreneuriats est assez transversal pour leur faire vivre une expérience sensée les sortir du manque de perspective futures qui les empêche d’innover ou d’être une part influente de la vie de leur ville, région et pays respectifs. Aux côtés d’autres élèves et étudiants ayant une vision du monde et de l’Afrique, ils pourront échanger et tisser des liens qui pourront subsister au-delà de l’année de présence sur le sol des Cités. Un partenariat entre les écoles des pays Source et celle de destination pourra être mis en place pour facilitation de l’intégration des jeunes dans les programmes canadiens. Enfin, des ateliers d’éveil et de pratique de l’entrepreneuriat peuvent être mis en place pour permettre aux jeunes de structurer les aptitudes informelles de la ventes qu’ils observent chez eux aux codes des affaires auxquels les Cités soumettent leurs entrepreneurs. Le tout dans un grandissement de la personnalité à un âge où on se pose des questions essentielles sur sa vie.

La démarche que notre firme suggère à tout promoteur intéressé à développer cette initiative est de considérer les hypothèses suivantes :

  • L’observation des possibilités et des dernières innovations technologiques, chez le jeune lui ouvre ses perspectives de métier, de carrière et d’affaires.
  • L’observance des codes et de la vie dans les familles d’accueil, permet au jeune de s’épanouir dans sa vision du monde et des différences entre divers peuple et devient l’ambassadeur de son expérience auprès d’autres méconnaissant la réalité extérieure au pays.
  • L’expérience de l’échange donne un avantage de plus aux jeunes de retour dans leur pays pour décrocher des emplois où les qualifications technologiques sont recherchées.
  • L’expérience de l’échange donne un avantage de plus aux jeunes de retour dans leur pays pour décrocher des emplois où les qualifications interpersonnelles sont recherchées.
  • Le jeune a la possibilité de comparer les divers traits ethniques des cultures présentes sur le sol des Cités et de vivre l’expérience vécue par la diaspora sans se résigner à l’exil pour autant.
  • Le jeune a la possibilité de comparer les divers enseignements et qualifications dispensés sur le sol des Cités et de vivre l’expérience vécue par les étudiants étrangers sans se résigner à l’exil pour autant.

L’approche de Arnaud Segla et de la Firme de Consultation et Think Tank, The Wisemen Council, en matière de genre vise à protéger les mères et les filles mineures en personnes responsables d’une part (reflexe de prévoyance de la mère dans la gestion des foyers) et personnes vulnérables d’autres part (impuissance de la fillette à décider de son avenir et à avoir la propriété de son corps). Nous considérons, que certaines femmes sont elles-mêmes vectrices d’insécurité socioéconomique dans un foyer, famille ou communauté par le non-respect de certaines règles ou la mauvaise responsabilisation, pour toutes sortes de raison, face à leur rôle reproducteur. Aussi nous mettons l’action à notre niveau plus sur le matriarcat (mère; fille) plus que sur le mot féminismes dont la dimension est devenue trop large au point de galvauder l’action sur le terrain de ceux qui défendent les abus et font la promotion du pouvoir et du pourvoi équitable dans les enjeux de chaque écosystème que nous appelons sagesse de rôle socioéconomiques.

Les jeunes sont les tenanciers de la terre sur laquelle les adultes opèrent. Nous avons une responsabilité de leur transmettre une biosphère préservée afin qu’ils puissent aussi profiter d’un espace de vie confortable et surtout viable et durable. Ce, de générations en générations. C’est pour cela que nous souhaitons veiller à l’enrichissement mutuel des expériences environnementales vécues de part et d’autre mais aussi sensibiliser sur les écarts qui pourraient être constaté et capitaliser sur les bonnes pratiques qui viennent des jeunes eux-mêmes.

Nous avons choisi de suggérer, dans la réflexion de notre Think Tank, un travail avec des adolescents dans leur phase de découverte du monde. Nous souhaitons qu’il soit mis en place, dans les Cités, un environnement sécuritaire par le biais des familles et des enseignants pour protéger les jeunes pendant leur apprentissage tant culturel que pédagogique tout en préservant leur identité qui est la richesse transmise par leur lignée familiale voire ancestrale.

L’adolescence est une période charnière du développement de l’homme ou de la femme, cependant nous sommes conscients que les jeunes des pays du Sud baignent dans une atmosphère où leur maturité est très souvent mise à contribution face à des questions primordiales de la vie. Vivre loin de ses parents peut être déroutant mais même temps beaucoup rêve à ce moment-là afin d’avoir un espace pour mieux se connaitre et grandir sur le plan humain. Nous avons suggéré de travailler avec des jeunes également pour la fraicheur de leurs idées et la faible propension à vouloir forcement solliciter une immigration dans le pays d’accueil ce qui n’est pas, in fine, le but de l’expérience ici.

Enfin, les libertés offertes dans les Cités peuvent être désorientantes cependant nous suggérons de veiller à choisir des familles dont l’encadrement des adultes est capable de traiter tout type d’interrogation et de guider face à des questions de différences culturelles. Parmi la mitigation des risques nous proposition de prévoir l’intervention de ressources spécialisés même si un partenariat fondamental n’apparaît pas dans la présente proposition de Mode de Vie Entrepreneuriale Simple (MOVES).

Les échanges en matière de renforcement de capacités, à partir du Sud, privilégient les experts du monde du développement international. L’innovation de notre proposition est de permettre à un échantillon de bénéficiaire de diffuser l’influence du développement de retour dans leur pays en ambassadeur et témoins des réalités outre-mer afin de casser des préjugés qui poussent notamment des jeunes à affronter le désert et la mer. L’impact annuel, pour un budget moyen d’un 60 Million USD, que pourrait avoir un millier (1000) élèves en bénéficiaires directes de retour dans leur environnement de vie, souvent défavorisé, est important pour laisser une image différente et significative de l’occident dans les couches de la populaires des pays cibles.

Tel est l’application de notre Vision de la Souveraineté socioéconomique des foyers du Sud et de leur diaspora par rapport à la problématique de l’adéquation Individus-Filières de formation- Métier qui est la raison principale du chômage systémique qui touche leurs jeunes.

SÉLECTION DES FILMS QUI ONT MARQUÉ LES CINQ DERNIÈRES ANNÉES

Voici ma sélection très suggestive des cinq films qui ont attiré mon attention durant les cinq dernières années. Ma préférence, de choisir des œuvres tirées du genre dramatique, émane d’un désir de relativiser.

Comme nous le savons, ces derniers jours, les pays occidentaux ont été très secoués. De nombreuses personnes ont perdu un être cher, d’autres ont été licenciés, certains se sont trouvés sans logement, de même que la plupart d’entre vous souffrent de dépression et d’anxiété. Mais comment y remédier ? Quelle serait la solution ?
Je n’ai guère de formule magique à vous partager, mais ce que je peux vous affirmer est que depuis des millénaires nos prédécesseurs ont connu également des périodes sombres. Je pense qu’il est important de nous souvenir que jeter l’opprobre à la fatalité n’est pas une option.
Non que je désire hiérarchiser les souffrances, toutefois, il est parfois intéressant et nécessaire de regarder au-delà de nos frontières et dans le passé pour comprendre que l’espérance est possible dans des situations qui s’avèrent chaotiques.

Pour ceux et celles qui n’ont pas encore eu le temps de visionner les films proposés, je vais m’assurer de ne pas mentionner des passages importants et vous donner seulement mon ressenti.

2015 | Nous trois ou rien – Kheiron

Généralement quand je vois le nom de Kheiron au début d’un générique ou dans le descriptif, je suis rassurée, car je sais que je ne serai pas déçue. Ce réalisateur mélange humour, faits réels et émotions dans ses réalisations. « Nous trois ou rien » est inspiré de la vie de ses parents qui ont fui l’Iran pour s’installer en banlieue parisienne.

2016 | Lion – Garth Davis

Tiré d’une histoire vraie, « Lion » est un chef d’œuvre. Très bien réalisé, le film illustre les difficultés que rencontre un petit garçon en Inde.
Lorsque je vois des enfants souffrir, cela me fend le cœur. Il est déchirant de s’apercevoir que des personnes n’ont pas eu ce privilège de ne manquer de rien. Voir des petits garçons ou des petites filles dormirent dans les rues, lutter pour leur survie ne devrait pas exister.
Le plus tragique est que l’adage « le malheur des uns fait le bonheur des autres » s’avère véridique. Inconsciemment, notre train de vie participe à créer des inégalités. À cause de notre consommation excessive, des enfants turbinent pour améliorer notre confort. On le voit bien au Congo, lorsque des adolescents triment au prix de leur vie, pour extraire le coltan, ce minerai présent dans nos téléphones, ordinateurs portables, voitures électroniques…

2017 | D’abord, ils ont tué mon père – Angelina Jolie

Ce film bouleversant réalisé par Angelina Jolie retrace l’enfance traumatisante de la militante cambodgienne Loung Ung de 1970 à 1979. « D’abord, ils ont tué mon père », étale les atrocités du régime des Khmers rouges, un des sombres passages historiques que le Cambodge a connu.
La dictature du mouvement communiste radical, dirigé par Pol Pot a entraîné d’innombrables exécutions et persécutions, ainsi que des mariages forcés.

2018 |Mauvaises herbes – Kheiron

Montagne russe émotionnelle! Tout au long de « Mauvaises herbes », on passe du rire aux larmes et vice-versa. Très bien réalisé, on se rend compte que ce que nous pouvons vivre n’est pas rattaché seulement à un territoire. Même si nous n’habitons pas dans des pays qui sont plongés dans des guerres interminables, nous pouvons subir des situations communes : l’abus, le viol, le harcèlement, le rejet, la violence, etc.

Paul, Apôtre du Christ – Andrew Hyatt

Le film de Andrew Hyatt est basé sur l’histoire connue de Saül de Tarse, qui est renommé Paul après sa conversion en tant que disciple de Christ. Un scénario palpitant, car il nous projette dans une période où cet homme charismatique était emprisonné sous le règne de l’empereur Néron qui brûlait et crucifiait les chrétiens.
Parfois, on oublie que les personnalités citées dans la Bible ont réellement existé, que leur quotidien était éprouvant et qu’un nombre faible de personnes pourrait se vanter de vouloir mener une vie similaire. Malheureusement, la persécution des chrétiens ne s’est pas arrêtée au temps des apôtres. Aujourd’hui, en Asie de l’Est ou au Proche-Orient, des milliers de croyants sont toujours massacrés, emprisonnés ou torturés à cause de leur foi en Jésus.

2019 | 7. Koğustaki Mucize Mehmet Ada Öztekin

Sorti en 2019 en Turquie, le film « 7. Koğustaki Mucize » a ému un grand public.
Mettant en scène deux thématiques sensibles : le handicap mental et la peine de mort. Cette histoire nous ouvre les yeux sur certaines failles du système judiciaire.

PETIT BONUS

2020 | Petit Pays – Éric Barbier

Je n’ai pas encore eu l’occasion de le visionner, mais je ne manquerai pas d’ajouter « Petit pays » sur ma liste, pour mes prochains moments ciné, en attendant de voir ce que l’agenda filmographique nous réserve pour 2021 !

À LIRE AUSSI:

«Je me suis construit dans l’adversité», Olivier Giroud

Quand l’homme de 33 ans nous décrit comment il a rencontré sa femme Jennifer, sa narration est digne d’un bon film romantique des années 90.

UN COMBAT PERPÉTUEL

© PLON

Qui aurait cru que cet homme si mystérieux, tellement discret, qui encaisse constamment les injures de ses détracteurs sortirait du silence ?

Dans les premières lignes, on peut lire que Giroud n’a jamais manqué de rien durant son enfance. Il a été élevé par des parents qui le chérissaient et a reçu beaucoup d’amour de ses frères et sa grande sœur. Benjamin de cette famille, on lui a inculqué des principes et des valeurs auxquels il attache une grande importance dans sa vie quotidienne.
L’attaquant vit sa carrière sportive sobrement. Aucun écart de conduite, toujours une parole mesurée, et une générosité exemplaire. Avec un palmarès comme le sien, il est facile de se perdre dans un monde plein de convoitise et de vanité. Loin d’être un fils prodigue, le footballeur s’éloigne de la superficialité et des dépenses excessives. Conscient que son salaire dépasse la norme, il mène une vie confortable sans extravagance.
Avec un tel profil, on pourrait alors se questionner sur son impopularité auprès d’une partie des fanatiques. Pourquoi est-il si souvent moqué, injurié et méprisé ? Giroud l’explique dans un court paragraphe. Karim Benzema serait la source de cet acharnement. Écarté de la sélection de l’équipe française pour la coupe du monde de 2018, le joueur du Real est « remplacé » par Olivier Giroud.


Ses supporteurs ne l’ont pas digéré, et depuis ces années, ils ont lancé une vendetta contre le Chambérien. Sans oublier la presse qui a pimenté la polémique. On l’a souvent associé à un imposteur. Selon l’attaquant, ce serait les médias qui ont fait naître ces tensions.
Malgré les coups durs, il persévère à chaque compétition pour démontrer son talent sur le terrain et qu’il mérite sa place. Il a l’impression qu’il doit toujours prouver qu’il n’est pas arrivé à cette position par erreur.

SA MEILLEURE AMIE, SON ÉPOUSE, SON SOCLE

Quand l’homme de 33 ans nous décrit comment il a rencontré sa femme Jennifer, sa narration est digne d’un bon film romantique des années 90.
Une histoire qui ferait rêver plus d’une femme célibataire. Non, son épouse n’est pas parfaite, mais elle a su surpasser toutes les autres prétendantes de sa jeunesse. Il dépeint en quelques lignes, une femme indépendante, sportive, souriante et ambitieuse. Lorsqu’ils se sont rencontrés, il n’était pas encore connu des foules. Il ne pourra jamais reprocher à sa conjointe d’avoir profité de son argent. Même lorsque les finances ont commencé à fleurir, celle-ci a continué à travailler. Il confie que cette situation n’est pas unique. Malgré les préjugés qui collent à la peau des femmes de footballeurs, la plupart, selon lui, continuent leurs activités qui ne se rattachent pas au shopping. « Elles sont le socle de la famille », déclare-t-il.
Aujourd’hui, le buteur international est marié depuis 2011 et a trois enfants (une fille et deux fils). Il considère son épouse Jennifer comme une aide précieuse. Très attentive aux nouvelles rencontres, elle le protège des opportunistes. Elle prime l’authenticité et la sincérité dans les relations amicales et familiales.

JAMAIS SANS JÉSUS

© PLON


Ce n’est pas dans sa nature de s’exposer. Cependant, sa foi est très importante pour lui. Il ne s’en cache pas ni dans les vestiaires, ni sur le terrain ni face à la presse, « Jésus est son sauveur ». Pour lui, on ne naît pas chrétien, mais on le devient. C’est un choix personnel et un engagement individuel. Il consacre, donc, un chapitre entier parlant de sa relation avec le Christ. Il prend même le temps de définir quelques principes bibliques comme le baptême par immersion et l’évangélisation. De même, il fait la distinction entre le catholicisme et la chrétienté. Il évoque, également, ses moments intimes qu’il passe avec Jésus avant les débuts de matchs et après. Il prie constamment et médite les versets de la Bible quotidiennement. Lorsqu’il en a l’occasion, il partage sa foi avec ses coéquipiers. Très conscient qu’il possède une tribune pour témoigner de qui est Dieu, il ne manque pas de l’utiliser. Par ailleurs, il participe activement à des causes, comme la lutte contre les chrétiens persécutés dans le monde.

« Toujours y croire » est riche en révélations. On apprend à connaître progressivement Olivier Giroud, et à être conscient de son potentiel. Ce livre est édifiant pour ceux qui démarrent une carrière professionnelle et ceux qui sont proches de la sortie. Il nous communique la persévérance face à l’adversité.

En 2020, l’attaquant rejoint les légendes du foot avec sa 100e sélection.

À VOIR

LIRE ÉGALEMENT
Ouverture prochaine d’un centre de divertissement familial unique au pays
L’évangélisation en hausse, à Montréal
Évangélisation et prosélytisme, comment les dissocier ?

ORB : le nouveau hub créatif qui réinvente le futur du travail

Dédié aux pratiques créatives et entrepreneuriales à l’intersection des arts, des sciences et du bien-être, ce nouvel écosystème flexible signé par Tamy Emma Pepin est à la fois plateforme numérique, espace de cotravail, studio de production, salon et salle d’événements.

EL’entrepreneure pluridisciplinaire et l’étoile des médias, Tamy Emma Pepin, est ravie de pouvoir enfin faire découvrir ORB au public, le fruit de son travail des cinq dernières années. Nouvel écosystème culturel, inclusif et flexible au cœur du quartier de l’intelligence artificielle à Outremont, ORB est dédié aux pratiques créatives et entrepreneuriales à l’intersection des arts, des sciences et du bien-être.

D’une part, ORB c’est un endroit inespéré pour les créateurs. Situé dans un ancien entrepôt, au carrefour du Mile-Ex et du campus MIL, ORB est un hub culturel offrant aux créatifs et aux entrepreneurs son espace comme lieu de cotravail, studio de production, salons et salle d’événements.

D’autre part, ORB c’est une nouvelle plateforme numérique destinée à la production, à la publication et à la diffusion de contenu enrichissant mettant de l’avant les histoires de la communauté créative, ainsi que des membres de l’espace de cotravail. La plateforme sert également d’outil de réservation de l’espace, grâce à l’automatisation facile du processus de location.

En tout, ORB c’est un lieu physique et virtuel qui stimule la créativité et qui invite à mettre en pratique de nouvelles idées et philosophies.Mais bien au-delà de ses espaces de travail et de sa plateforme numérique, ORB est un réseau qui facilite la rencontre d’individus créatifs stimulés par des intérêts et des valeurs de bien-être commun. Grâce à sa vocation multidisciplinaire, ORB décloisonne les activités, brise les silos et supporte les initiatives innovantes avec une flexibilité et une authenticité inégalées. C’est ainsi que ORB crée une communauté, tisse un nouveau système de relations, échange des ressources et met sur pied un pôle économique pour le développement des industries créatives.

https://www.instagram.com/p/CGXvYeJHIqv/

UN MOT DE LA FONDATRICE

« En 2019, j’ai lancé ORB sous sa forme bêta avec le désir d’établir dans ma ville, un lieu d’échange bien aménagé afin d’offrir un espace flexible aux créatifs qui travaillent majoritairement par projets. À travers ORB, je voulais favoriser l’interconnexion, le travail collaboratif, le partage de connaissances et l’accès au savoir. Nos membres sont des individus de divers horizons dont le potentiel est actuellement ignoré ou mal compris des systèmes existants, explique Tamy Emma Pepin (PDG et fondatrice, ORB).

À l’ère où les algorithmes isolent les individus, l’ouverture du prototype de ORB sur le campus MIL me semblait d’autant plus symbolique et pertinente, considérant qu’il s’agissait du quartier où divers groupes socio-économiques et ethno-culturels, autrefois encloisonnés, se rencontraient et se côtoyaient pour la première fois grâce à l’ouverture de nouvelles routes.

Mon initiative s’adressait principalement aux profils créatifs et bilingues – des artistes, des scientifiques, des entrepreneurs – ceux qui ne semblaient pas cadrer dans les structures actuelles, parfois trop lourdes et trop rigides. Ces talents, Steve Jobs les appelait les “round pegs in the square holes” (les chevilles rondes dans les trous carrés) — soit des personnes qui osent penser différemment, qui résident entre le monde corporatif et académique et qui cherchent à redéfinir le statu quo en imaginant des alternatives nouvelles. »

GENÈSE ET RAISON D’ÊTRE


Salon ORB
C’est en désirant travailler autrement – avec plus de flexibilité, de connexion humaine, d’authenticité et d’intention – que Tamy Emma Pepin a osé le changement en créant ORB. Bien positionné pour poursuivre un nouveau modèle d’affaire progressiste, l’espace offre un environnement spécifiquement adapté aux besoins et aux désirs d’une clientèle atypique, transculturelle, créative, et en forte croissance.« La façon et les raisons qui stimulent les créatifs à travailler – en particulier la génération Y et la génération Z – se transformaient bien avant la COVID. ORB répond aux demandes de flexibilité qui n’étaient pas prises en compte par les structures de travail actuelles. L’arrivée de la COVID n’a fait qu’accélérer des changements qui existaient déjà. » – Tamy Emma Pepin (PDG et fondatrice, ORB)Dès son ouverture, ORB a su jouer un rôle de médiateur en connectant de façon non traditionnelle des individus de différentes sphères grâce à ses abonnements et sa programmation culturelle : conférences, expositions, ateliers, showcases, méditation, arts visuels, danse, musique, dîners, etc.

La dernière année a servi de phase préparatoire et ORB a su faire ses preuves, tout en contribuant au développement de l’économie créative à Montréal. ORB a servi autant les créatifs et entrepreneurs indépendants que des institutions et organismes culturels, tels que l’ONF, The Economist Films, Never Was Average, la Fondation Filles d’Action, le Groupe TVA, l’Université McGill et bien d’autres. En établissant un nouveau système de relations, divers acteurs et secteurs de la société ont pu s’inspirer et bénéficier des idées et des solutions de la communauté de créatifs établis et émergents de ORB.C’est donc avec grande fierté que ORB lance son programme d’abonnements pour l’hiver 2021, chapeauté par un groupe d’experts des industries créatives. L’organisme invite toute personne cherchant un espace de travail et de création à remplir le formulaire en ligne dès maintenant afin de réserver leur place.