Comment sortir de la Friendzone en 7 étapes ? 

10726

7) L’humilité

En soirée, on est rapidement avisé sur les intentions de la demoiselle que l’on courtise, et il n’y a pas trente-six schémas possibles :

Soit vous l’intriguerez et elle cherchera à vous connaître d’avantage, ce qui ne vous assure pas nécessairement d’une probabilité de réussite divine, mais comme on dit, toute relation débute forcément par une première approche.

Soit elle vous fera comprendre que pour la conquérir, il va falloir être un homme, un vrai ! Et donc grosse possibilité que ça se finisse chez elle, ou céans, dans les toilettes de ce rade dégueulasse où vous l’avez rencontrée (ce n’est pas le romantisme qui vous étouffe, vous !).

Soit elle enverra paître et vous n’entendrez plus parler d’elle. ça fait mal comme une piqûre de guêpe, mais au moins, vous n’aurez rien à vous reprocher puisque vous avez été fidèle à vous-même. À bien y regarder, vous avez fait une économie de temps considérable.

Dans la faune locale, on trouve tous types de femmes (si tant est que l’on puisse les catégoriser) : des sauveuses, des infidèles, des vénales, des carpettes, des menteuses, des attention whores, des gamines, des castratrices, des victimes… Mais aussi des filles adorables, des poétesses, des passionnées, des réfléchies, des inspiratrices, des romantiques, des rêveuses… Il n’y a pas de hiérarchie, à tout un chacun de savoir qui fuir et qui courtiser. Il y a tout autant de manières d’aimer que d’âmes. Tout n’est que question d’envies et de besoins.

Dans le cas de Juliette, autant le dire c’est foutu, après deux ans d’attente, vous êtes immuablement son pote, son flatteur perso, sa dose de flatteries hebdomadaire. Aucune chance, tels des nigauds d’Uruk-Hai, elle a placardé sur votre front le procès-verbal qui vous condamne à l’exil sexuel et sentimental. Lâchez l’affaire, il est temps de vivre pour vous. Au pire, bourrez-vous la gueule et jetez-vous à l’eau pour vous ramasser la plus grosse gamelle de votre existence. Pendant six mois, chialez tous les soirs en écoutant du Bowie (son artiste préféré) puis un jour, vous serez LA Joie, et bénirez cette connasse de n’avoir abusé de vous que sentimentalement (n’oubliez pas de vous branler un peu entre temps).

Le monde est vaste, explorez-le ! 

Bonus : L’alcool n’est pas la solution (et encore moins le GHB) !

Vous y avez forcément pensé…

Cette solution de facilité n’est pas la bonne. Si dans le monde réel de la matrice, elle n’a pas envie, ce n’est pas grâce à votre élixir de vérité qu’elle vous sautera dessus. Sauf cas exceptionnel de double friendzonage (voir article Syndrome d’Amélie Poulain) ou si elle tente un pèlerinage impossible dans un désert sexuel.

En gros, malgré votre grosse bouteille de Wyborowa :

vous n’êtes pas assuré de baiser

vous passerez pour l’enculé ultime à ses yeux, pire que son ex qui la trompait avec des femmes mortes (meurs en enfer, infâme raclure !)