Afro Inspiration: Christian Ngan, Fondateur de Madlyn Cazalis

Il s’appelle Christian Ngan, il est l’homme derrière Madlyn Cazalis, une société camerounaise de cosmétiques. En quelques années il rafle nominations et  il donne des cours de coaching et conseille ceux qui en ont besoin. Nous sommes allés à la rencontre de ce jeune homme plein d’idées et de motivation.

(c) Sarah Tjega

Bonjour Christian, peux-tu te présenter à nos lecteurs AFROKANLIFE ? 

Bonjour, je suis Christian Ngan, originaire du Cameroun et fondateur de la marque de produits cosmétiques naturels Madlyn Cazalis. J’ai grandi au Cameroun et passé 10 ans en France, j’y ai fait des études en management international et en ingénierie financière en Grande Ecole de Commerce puis j’ai travaillé dans un fonds d’investissement puis en banque d’affaires avant de donner ma démission en 2012 pour me consacrer pleinement à la marque.

Que signifie Madlyn Cazalis?

Il n’y a aucune signification particulière, c’est juste un nom commercial original. Mix des prénoms Pauline (Ma Maman) et Suzanne Lise (Ma petite soeur).

Comment passe-t-on de la finance aux cosmétiques ?

L’industrie des cosmétiques m’est venue essentiellement par opportunité d’affaires. J’ai travaillé comme Associate en Fusions et Acquisitions et j’ai eu l’occasion de conseiller des acteurs de grandes tailles dans des secteurs aussi diversifiés que l’énergie, les biens de consommation, le luxe, les cosmétiques, l’immobilier, les nouvelles technologies, les services ou bien l’industrie. Un spectre très large et beaucoup de travail. Je me suis lancé dans une affaire car j’y ai vu l’opportunité de fournir une nouvelle offre de qualité qui est à des années lumières de ce que font certains industriels locaux avec une « stratégie » axée sur la dépigmentation de la peau.

Madlyn Cazalis est une marque de produits cosmétiques pour peaux noires et métissées, 100 % africains et 100 % naturels, comment t’y es-tu pris pour lancer le projet ?

(c) Madlyn Cazalis

Je m’y suis pris assez simplement en fait. Beaucoup de jeunes se posent beaucoup trop de questions avant de se lancer. Il est clair que bien penser son projet est important mais le plus important est manifestement de se lancer. J’ai créé moi-même le logo et trouvé le nom de la société et la première chose que j’ai faite c’est protéger la marque auprès des services compétents. Parce que je savais dès le début que ce serait du diamant.

Au sujet du financement, quels fonds et aides as-tu obtenus pour te lancer (On rappelle aux lecteurs que Madlyn Cazalis est une émanation de la Société d’Expansion Pharmaceutique des Acacias, créée en 1987).

Disons que le projet de base consistait à restructurer et transformer la société en question. Au final cela n’a pas été le cas, donc je travaille actuellement sur sa restructuration avec un rôle de directeur non-exécutif. J’ai alors décidé de créer deux entités séparées à mon retour au Cameroun : Goldsky Partners, société qui gére mes activités de conseil/coaching et Madlyn Cazalis Group qui s’occupe de l’ensemble des activités liées à Madlyn Cazalis.

À titre particulier, comment as-tu convaincu les investisseurs d’avoir confiance en toi ?

Actuellement, Madlyn Cazalis est détenu à 100% par moi, donc je n’ai reçu ni subventions, ni prêts, ni investissement en capital dans ma structure. En revanche ce que je peux vous dire c’est qu’actuellement la société est en pleine levée de fonds, qui devrait se boucler en 2015. De nombreux investisseurs de haut rang mais également certains acteurs de référence de la cosmétique mondiale nous ont déjà approché. Nous restons prudents et ne nous précipitons pas car une jeune start-up doit savoir aussi pouvoir gérer sa croissance. Se précipiter pousse à faire des erreurs.

Tu as sûrement entendu parler du crowfunding, comment ce système de financement peut-il aider l’entrepreneur africain aujourd’hui ?

Le crowdfunding est un système de financement intéressant car l’agrégation de multiples ressources individuelles peuvent permettre de lever des montants conséquents et surtout d’intéresser les fidèles à un produit ou à un service. Je suis encore un peu frileux car cela ne fait pas encore partie des habitudes et vous savez le secteur des cosmétiques est très concurrentiel et la confidentialité est souvent de rigueur surtout en Afrique.

Depuis, tu as été sélectionné par Young People in International Affairs parmi les « Top 35 africains de moins de 35 ans en 2014 », « 30 plus prometteurs jeunes entrepreneurs en Afrique » de l’édition papier de Forbes Woman et classé par l’Institut Choiseul dans le Top 100 des Leaders Africains de demain, ressens-tu une responsabilité supplémentaire avec ces distinctions ?

Depuis le début, Madlyn Cazalis et moi avons reçu plus d’une dizaine de récompenses (en moins de 2 ans), c’est une fierté que de porter les couleurs de mon pays, le Cameroun à l’international et c’est une grande source de motivation. Je suis rentré en Afrique parce que je pensais déjà, en tant qu’ancien de la diaspora, avoir une responsabilité pour mon continent, mon pays et la jeunesse. Beaucoup en Europe ou aux Etats-Unis appréhendent beaucoup le retour ou d’autres sur place rêvent d’aller se battre dans le Nord. C’est aussi à moi de leur dire, pas la peine, l’Afrique est riche d’opportunités, débusquez les. Mais surtout j’essaie de montrer qu’avec pas grand-chose on peut aller très loin. Il faut seulement beaucoup travailler, apprendre la patience et faire preuve de beaucoup de discipline.

Pourrais-tu nous parler de ton équipe internationale et ceux qui font le succès de Madlyn Cazalis avec toi au quotidien ?

Nous sommes jeunes et nous avons quelques correspondants et des réseaux qui se mettent progressivement en place pour préparer l’internationalisation de nos produits. Au quotidien à Yaoundé et à Douala, je suis un partisan du terrain. Aucun de mes collaborateurs n’est assis dans un bureau à attendre son salaire, tout le monde se bouge. Je ne recrute que des personnes qui croient en Madlyn Cazalis et qui partagent la vision de la société.

Avec plus de 50 points de vente, quels sont les projets à venir pour ta marque ?

(c) Madlyn Cazalis

Madlyn Cazalis a pour objectif de développer encore plus notre clientèle sur le territoire nationale mais surtout de s’internationaliser. Enormément de personnes réclament nos produits partout dans le monde, nous prenons juste les meilleures dispositions pour que d’autres aussi (au Sénégal, en Côte d’Ivoire, en Afrique du Sud, au Gabon, au Congo, au Kenya, en Europe, aux Etats-Unis etc.) puissent également bénéficier des bienfaits de nos produis naturels.

Parlant du marché camerounais, quel est l’obstacle majeur auquel tu fais face et quels enseignements pourrais-tu partager ?

Le principal obstacle reste l’ambiance négative dans laquelle nous vivons et le manque d’encouragement de l’initiative économique. Au lieu d’encourager les jeunes à créer et exporter notre savoir-faire, on leur met des bâtons dans les roues. La conséquence est que beaucoup entrent dans le « maquis », l’informel ou utilisent des voies détournées pour arriver à leurs fins. C’est dommage car tout le monde est perdant, même les administrations sur le plan fiscal notamment.

Tu étais à l’ESG Management School pour donner un cours de management, aurais-tu un conseil de nature pratique à transmettre aux lecteurs entrepreneurs d’AFROKANLIFE ?

J’ai un conseil simple. Lorsque vous montez votre entreprise, évitez les dépenses somptuaires et les futilités. Misez dès le départ sur la simplicité et réduisez vos coûts au maximum. L’entreprise est comme un bébé fragile dont il faut prendre soin. N’investissez pas dans des locaux hors de prix. N’embauchez pas plus de personnel qu’il n’en faut, évitez l’apparat. L’entrepreneur doit d’abord savoir souffrir avant de proprement récolter les lauriers de son travail.

Quelle est l’actualité de la marque, parle-nous des développements à venir ?

Nous allons organiser le second Madlyn Cazalis Meeting à Yaoundé, lieu de rencontre des fans de la marque. Ils pourront tester, utiliser, acheter nos produits et poser toutes les questions directement à moi où à l’une de mes collaboratrices. Sinon de nouveaux produits sont à venir en 2015, pour le reste, surprise…

Et si je te dis Afro Inspiration, tu me réponds ?

Madlyn Cazalis

 Merci Christian et bonne suite.


Pour plus d’informations sur Christian Ngan et Madlyn Cazalis:

Site Web: http://www.madlyncazalis.com/

Facebook: https://www.facebook.com/MadlynCazalis

Twitter: https://twitter.com/ChristianNgan

Laisse nous ton commentaire

commentaires