Anthropologismes: Le neuvième numéro d’AFRIKADAA

Le neuvième numéro d’AFRIKADAA propose une réflexion sur les “Anthropologismes“, et explore les relations entre art et anthropologie. À quelles hybridations donnent-elles lieu ? Les artistes et les chercheurs nous apportent leurs réponses, aussi diverses que les liens art-anthropologie sont complexes. Les artistes sont-ils les nouveaux anthropologues ? Ont-ils su se saisir du “tournant ethnographique” dont parlait Hal Foster ?

À l’inverse, en se plaçant dans la lignée historiographique notamment amorcée par Sally Price, les institutions muséales ont-elles su faire dialoguer art contemporain et collections ethnographiques ? Dans le contexte postcolonial, les musées occidentaux ont-ils su développer de nouvelles collaborations avec les peuples d’où proviennent ces collections ethnographiques ? Quelles voix se font entendre ?

Comme l’a bien souligné récemment le commissaire de la 56e édition de la Biennale de VeniseOkwui Enwezor : “… le monde a toujours été créolisé. On ne le voit pas à Berlin ou à Munich, mais il suffit d’aller au Brésil, à Istanbul ou à Kochi pour le constater. L’Occident ne peut s’empêcher de se croire au centre du monde et d’ignorer le reste”. Comment peut alors s’instaurer le dialogue, si les savoirs de l’anthropologie et de l’ethnologie restent européano-centrés ou encore, vus du centre ? Quel est l’héritage du colonialisme, et quel est celui des pionniers de l’anthropologie et de l’art, qui ont tenté de renverser le regard sur l’Autre et de le dépasser ? Comment les théoriciens et critiques d’art des pays du Sud se positionnent face aux enjeux de la postcolonialité ?

Il s’agit, pourtant, de mettre en lumière l’échec des grandes narratives de la modernité et de renoncer à une forme unique d’historicité. À l’échèle globale, des résistances historiques, culturelles et sociales se lèvent ainsi « contre la propension implacable de l’ordre social à hiérarchiser les populations dans le continuum colonial de sa reproduction ».

Propulsées par le marché de l’art, les productions contemporaines africaines sont de plus en plus visibles sur la scène internationale. Des foires d’art contemporain africain fleurissent à Londres, New York et Paris, en même temps que centres d’art et fondations mettent en scène des dispositifs visant à interroger par le biais de la poscolonialité, l’Histoire et l’Archive. Mais comment articuler la subversion de certains discours préétablis et stratégies de production et diffusion ? Quelle est la représentation de l’art contemporain des pays postcoloniaux au sein du marché de l’art mondial ? Quelles collaborations et dialogues possibles ? Aurons-nous le courage de poser les vraies questions, celles qui brisent les stratégies du continuum colonial ?

Les voix qui s’expriment à travers AFRIKADAA aujourd’hui viennent combler un manque et un décalage existant entre continuum colonial et discours et pratiques de résistance locales, et montre que continuer de parler de « nous » sans « nous » fait preuve d’une incompréhension globale sur les problématiques postcoloniales. Afrikadaa s’impose ainsi comme une poche de résistance vis-à-vis des pratiques de légitimation du pouvoir.

Ils ont contribué à ce numéro :
Seloua Luste Boulbina, Frieda Ekotto, Yo-Yo Gonthier, Martine Barrat, Jay One Ramier, Mukwae Wabei Siyolwe, Alicia Knock, Pascal Kenfack, Myriam-Odile Blin, Rémi Astruc, Emmanuel Rivière, Roger Sansi, Stéphane Malysse, Bruno Pédurand, Cynthia Phibel, Olivier Timma, Antje Van Wichelen, Jean-Claude Moineau, Sally Price, Martin Aguissa, Martine Bouchier, Julien Creuzet, Eva Barois De Caevel, Oussama Tabti, Thierry Oussou, Mustapha Sedjal, Dagara Dakin, Yang Seung Woo, Joanna Choumali, Omar Victor Diop, Fréderic Nauczyciel, Francine Mabondo, Marc-Antoine Durand, Romaric Tissserand, Julia Morandeira Arrizabalaga, Daniel Bernard Roumain, Galerie Cécile Fakhoury, Anna Mazzei, Edouard Duval-Carrié, Pearl, Brent Hayes Edwards, Sylvie Kandé, Jean-Marc Bullet, Alisa Clements, Kouka Ntadi, Barthélémy Toguo, Marcel Pinas, Myriam Dao, Olivia Anani, Carole Diop, Pascale Obolo, Louisa Babari, Hafida Jemni, Djenaba Kane, Fabiana Bruna Souza, Sean Hart

Pour lire la revue: http://www.afrikadaa.com/p/la-revue.html

Laisse nous ton commentaire

commentaires