C’était pourtant si bien parti Didier…

C’était pourtant si bien parti Didier…

Comme la majorité des partisans fidèles de l’Impact de Montréal, il y a un peu plus d’un an, j’ai dû me pincer pendant plusieurs semaines afin de réaliser que ce n’était pas un rêve. Didier Drogba, la légende, allait porter le bleu, blanc et noir pour les deux prochaines saisons. Les premiers mois de son aventure montréalaise n’ont pas déçu, loin de là. Son influence, autant sur le terrain que dans le vestiaire, a transformé notre équipe. Comme il l’avait lui-même si bien dit : « Je suis venu pour les trophées. » L’avenir semblait prometteur pour l’Impact. La saison 2016-2017 était l’objectif du projet sportif développé par Saputo et son staff dans les dernières années. Avec Didier devant, Nacho sur son aile, le général derrière, l’Impact possédait tous les éléments pour viser le titre.

Aujourd’hui, le contraste entre cette vision et la réalité est choquant. Alors qu’on approche des séries, l’équipe semble divisée et ce n’est pas la première fois cette saison qu’on observe un manque d’unité chez l’Impact. Hier, Didier a fait passer son ego avant l’équipe et je ne pourrais être plus déçu de son attitude surtout à ce stade de la saison. Mauro Biello a pris une décision basée sur les récentes performances et de mon point de vue, c’est totalement justifié de donner le départ à Matteo Mancosu au poste de numéro neuf. Pour une des rares fois cette saison, on voit un projet de jeu qui semble fonctionner avec le 4-3-3 mené par le trident Piatti-Mancosu-Oduro devant. L’attaquant ivoirien n’a pas digéré ce choix et a fait savoir une journée avant le match qu’il n’allait pas se présenter au stade s’il ne commençait pas le match dans le onze partant.

Didier, sérieusement, c’est quoi ça ? Il y a à peine deux semaines, tu nous disais que tu allais accepter ton rôle et que ton seul objectif était que l’équipe gagne. C’est inacceptable de larguer l’équipe comme tu l’as fait hier et franchement l’admiration que j’avais pour toi vient de diminuer drastiquement. Au-delà de tes performances sportives, par tes paroles et tes actions, tu étais un leader positif et un modèle pour les jeunes footballeurs québécois. Tout ça Didier, ça vient de partir en fumée. Tu viens de nous démontrer qu’au fond, tu n’es pas à Montréal pour l’équipe. C’est un manque de respect impardonnable envers ton coach, tes coéquipiers et les partisans passionnés. On verra ce que les prochaines semaines nous réservent, mais franchement, je souhaite que ce groupe qu’on a vu aller au combat hier, soit celui qui part à la guerre durant les séries.

C’était si bien parti Didier…

Sans toi ou avec toi, aux armes.


Cet article a été rédigé par Alexis Pinsonneault

Bio d’Alexis: Étudiant-Athlète à l’Université George Mason. Fan de L’Impact à la maison comme à l’extérieur.


Et si on parlait foot ?

Prenez part au débat sur Twitter : @KanFootClub ou sur la page Facebook de la communauté du Kan Football Club. Contactez nous par courriel à kanfc@afrokanlife.com. Tous nos podcasts, chroniques et exclusivités sur le soccer montréalais sont disponibles sur Stitcher, Player FMGoogle Play Music, RZOiTunes et sur la page kanfootballclub. Merci à notre partenaire miseojeu.

Laisse nous ton commentaire

commentaires