Click-Resto meilleur projet de la première édition de l’E-business Contest

La promotrice de ce projet, Anne Ngandjou a su convaincre le jury et public avec  son idée d’e-restauration dénommée Click-Resto, un nouveau service qui permettra de donner des informations, de commander, de réserver des plats en ligne et / ou de se faire livrer.

La finale de la première édition de l’E-Business Contest a mis au défi les meilleurs projets susceptibles d’exister et de générer des revenus. Parmi les quatre projets finaux qui ont été présentés à la fondation Bernard Muna de Yaoundé le 30 mai 2015, le projet Click-Resto d’Anne Ngandjou, une assistante administrative, a séduit le jury et le public. Réaliste, chiffré, précis et stratégiquement viable, Click-Resto permettra aux restaurateurs d’avoir en sus de leur clientèle, des clients indirects et des prospects rien qu’en payant un abonnement mensuel de 5.000 FCFA (env. 7,70 €) sur le site conçu pour le projet. Le chiffre d’affaire se réalisant sur le volume, la promotrice du projet sera une sorte de consultante et d’intermédiaire entre le consommateur et le restaurateur. Ses démos explicites lui ont valu une appréciation quasi unanime.

Le deuxième projet a été l’Easy Package de Gaétan Tcham, étudiant à l’UCAC. Il y proposait  l’envoi de colis à l’étranger via des voyageurs afin  de palier aux tracasseries et aux lourdeurs liées à l’envoi de colis extracontinentaux. Malgré la perspicacité de son projet et l’aspect ultra nécessaire de son travail, il n’a pas pu convaincre à 100 %. La troisième place est revenue au projet Just For U de Smaïlle Koutchou, étudiante en communication des organisations à l’ESSTIC 2e année. Bien que proposant un site de e-commerce fashion, elle n’a pas clairement défini toutes les étapes de son projet et surtout s’est emmêlée les pédales quant à la nature des biens qu’elle pourvoirait. Le dernier, Flash Mobile Banking, un projet d’e-banking pour pays  tropicaux, a été le moins convainquant des quatre. Bien qu’intéressant, son initiateur, Albert Litet, pédagogue au ministère des Enseignements Supérieurs, a rencontré plusieurs limites dans son business plan et dans sa stratégie de lancement et même dans ses projections financières…

Il a donc été logique pour le jury composé de professionnels de l’e-business de pouvoir trancher. Il était notoire que certains candidats de l’E-business Contest eussent eu du mal à trouver leurs repaires face aux poids lourds que sont Churchill Mambe (promoteur du site Njorku.com), à Candace Nkoth Bisseck (Country Manager de Kaymu.cm), à Céline Fotso (CEO du site jewanda-magazine.com) et à Guillaume Sotto (patron de Shauri.cc). Si des projets n’ont pas eu gain de cause, il ne demeure pas moins que leurs initiateurs on été encouragés à les améliorer et à les mener jusqu’au bout. Outre les diplômes de participation remis aux candidates, la lauréate de cette édition bénéficiera de la conception de sa plateforme web par l’équipe d’organisation du concours ; lequel a été présidé par Ségolène Moussala, rédactrice en chef du e-magazine starter-mag.cm.


Cet article a été rédigé par Gaspard Ngono du site gaspardtalks.wordpress.com

Bio de Gaspard : Web editor & Blogger || Web, Social Media & Tech fan || Art lover & Drawer || Novelist & Scenarist || Photographer

Suivez le sur Twitter : @Gngono

Laisse nous ton commentaire

commentaires