Mercato : La Chine à l’assaut du marché des transferts

Que se passe-t-il dans le football en Chine pour que le pays s’attaque désormais à des joueurs de gros calibre sur le marché des transferts.

Ramires, Hulk, Oscar, Tevez, Gervinho, J. Martinez, Guarin pour n’en nommer que quelques uns qui se sont laissés tenter par un séjour en Chine. On ne compte plus les joueurs qui ont été courtisés, le dernier en date, Cristiano Ronaldo a qui un club a proposé un joli pactole de 100 millions d’euros par année.

Selon le site de référence transfermarkt.com, les clubs des deux premières divisions ont dépensé jusqu’à 200 millions d’euros pour l’achat de joueurs. Il s’agit d’une hausse de plus de 60 % en une seule année. Mais pourquoi donc ?

Une décision politique

Dans une commission du Parti communiste présidée par Xi Jinping, il a été proclamé que « revitaliser le football est une obligation pour faire de la Chine une puissance sportive, dans le cadre du rêve chinois ». En résumé, la Chine doit dominer le sport le plus populaire de la planète.

En 2011, alors que M. Xi était encore vice-président, il avait déclaré souhaiter que la Chine améliore son rendement en football. Il voulait que la nation (82e au classement de la FIFA) puisse se qualifier, accueillir et gagner une Coupe du monde.

Un plan de mesures en 50 points a alors été mis en place en 2015. Le plan incluait, entre autres, la création de 50 000 écoles de football en 10 ans, la pratique obligatoire pour certains élèves ou encore la dissociation de l’Association chinoise de Football de la bureaucratie gouvernementale. Depuis ce plan, les entreprises se précipitent pour investir.

Des salaires astronomiques grâce aux droits TV

Dans le passé, les offres d’équipes chinoises étaient réservées aux joueurs de petit calibre à cause des salaires faramineux du marché européen. Ces salaires, les Chinois ne pouvaient pas se les permettre. Aujourd’hui, cela a changé. Quand un joueur reçoit une offre de contrat en Chine, les chiffres ont désormais de quoi faire réfléchir.

Si les clubs chinois peuvent se permettre de tels sommes, c’est aussi parce que les droits TV ont explosé. Alors qu’en 2015, les diffuseurs chinois payaient 8,2 millions d’euros pour s’offrir les matchs, en 2016 le chiffre est passé à 183 millions.

Il faut bien que les joueurs jouent quelque part

Des talents, il y en a partout, surtout en Europe. Le marché des transferts d’Europe se trouve parfois bouché et les agents n’ont pas le choix que de quand même trouver des contrats à leurs joueurs. Alors pourquoi ne pas aller voir du côté de la Chine ou les salaires sont alléchants et de plus en plus de joueurs tentent le défi ?


Et si on parlait foot ?

Prenez part au débat sur Twitter : @KanFootClub ou sur la page Facebook de la communauté du Kan Football Club. Contactez nous par courriel à kanfc@afrokanlife.com. Tous nos podcasts, chroniques et exclusivités sur le soccer montréalais sont disponibles sur StitcherPlayer FMGoogle Play MusicRZOiTunes et sur la page kanfootballclub. Merci à notre partenaire miseojeu.

Laisse nous ton commentaire

commentaires