Ouïghours, prisonniers de l’absurde de Patricio Henríquez

Ouïghours, prisonniers de l’absurde de Patricio Henríquez en salle à Montréal dès le 13 février

prisonniers

À l’heure où la fermeture graduelle de la prison de Guantanamo et des témoignages troublants de détenus font à nouveau l’actualité, Ouïghours, prisonniers de l’absurde (Macumba Media/ONF) de Patricio Henríquez arrive en salle dès le 13 février à Montréal, au Cinéma Excentris en version française et au Cinéplex Forum en version anglaise. Présenté en première mondiale au 43e Festival du nouveau cinéma et acclamé à sa projection en compétition du prestigieux Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA), ce long métrage documentaire poursuit sa carrière internationale en étant également sélectionné au One World International Human Rights Documentary Film Festival à Prague (du 2 au 11 mars) et au London Human Rights Watch International Film Festival (du 18 au 27 mars).

Dans Ouïghours, prisonniers de l’absurde, le cinéaste Patricio Henríquez relate l’incroyable odyssée de membres de la minorité ouïghoure, composée de turcophones musulmans – une communauté réprimée en Chine – vendus comme terroristes aux Américains et emprisonnés à Guantanamo. Exposant la froide logique des intérêts géopolitiques dans l’après 11 septembre 2001, le documentaire montre un drame humain doublé d’un thriller politique, qui suscite réflexion et indignation.

Les faits en bref

Ouïghours, prisonniers de l’absurde, Patricio Henríquez
Coproduit par Macumba Media (Patricio Henríquez et Michelle Shephard) et l’ONF (Colette Loumède) avec la collaboration de Radio-Canada et de RDI.
Durée : 99 min

À propos du réalisateur

Chilien d’origine, Patricio Henríquez s’installe à Montréal en 1974 à la suite du renversement du gouvernement Allende. Après un premier film, Yasser Arafat et les Palestiniens (1980), il signe au Québec des reportages pour la télévision. En 1996, il cofonde la maison de production Macumba International au sein de laquelle il réalise plusieurs films qui reçoivent de nombreux prix : 11 septembre 1973, le dernier combat de Salvador Allende, Images d’une dictature (Jutra 2000 du meilleur documentaire québécois), Le côté obscur de la Dame Blanche, Sous la cagoule : un voyage au bout de la torture (Jutra 2009 du meilleur documentaire québécois) et vous n’aimez pas la vérité, 4 jours à Guantanamo. Avec Ouïghours, prisonniers de l’absurde, il aborde aujourd’hui les dérives tragiques de la lutte contre le terrorisme.

Produits connexes
Galerie de photos : onf-nfb.gc.ca/eng/press-room/photo-gallery/
Matériel promotionnel :

Liens connexes
Festival du nouveau cinéma : www.nouveaucinema.ca
Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA) : www.idfa.nl
One World International Human Rights Documentary Film Festival : www.oneworld.cz
London Human Rights Watch International Film Festival : ff.hrw.org/london

Restez branchés
Espace de visionnage en ligne : ONF.ca
Facebook : facebook.com/onf.ca
Twitter : twitter.com/onf/

L’ONF en bref
L’Office national du film du Canada (ONF) crée des œuvres interactives innovantes, des documentaires à caractère social ainsi que des animations d’auteur. L’ONF a réalisé plus de 13 000 productions et remporté au-delà de 5000 récompenses, dont 9 prix Écrans canadiens, 8 prix Webby, 12 Oscars et plus de 90 prix Génie. Le contenu primé de l’ONF peut être visionné dans ONF.ca, de même que sur les ordiphones, les tablettes et la télévision connectée au moyen de ses applications.

Laisse nous ton commentaire

commentaires