WANDA FOUR : une substitution au feu de bois ?

Action M.A.P.L.E est un Organisme sans but lucratif (OSBL) crée il y a 1 an et demi par Christelle, Cindy et Ariane, trois jeunes camerounaises de la diaspora. Elles se sont donné comme mission d’avoir un impact positif et durable sur la vie des populations rurales au Cameroun dans un premier temps et celle des autres pays africains par la suite.

Lors d’une entrevue donnée à Digikan, les fondatrices ont expliqué l’étendue de leur projet pilote « Wanda Four », qui permettra aux mères camerounaises d’avoir une meilleure expérience de cuisine à travers l’utilisation d’un nouveau type de four. Passionnées par ce projet, Christelle et Cindy expliquent tout leur parcours, du choix du nom de l’OSBL jusqu’à la mise en œuvre du premier projet.

Prototype avant test (1)

Q : Pourquoi avez-vous choisi Action M.A.P.L.E comme nom ?
Christelle : Je voulais faire allusion à la feuille d’érable (Maple LEAF en anglais) du Québec, province où le projet est né et ce côté de femmes dynamiques que nous représentons. Action M.A.P.L.E signifie l’Action pour la Mobilisation et l’Accompagnement des Populations contre la Pauvreté et les Limitations à l’Épanouissement.

Q : En quoi consiste le projet « Wanda Four » ?
Christelle : Quand je suis allée en vacances au Cameroun, il y a quelques années, je ne parvenais pas à assister ma cousine à la cuisine à cause de la fumée intense et toxique, chose que je supportais plus facilement avant de venir au Canada. Au pays, les femmes sont habituées à cuisiner au feu de bois et de supporter cette fumée pendant plusieurs années. Mais ce qu’elles ne savent pas, c’est que cette fumée procure des gaz toxiques et dangereux pour la santé. À mon retour sur Montréal, j’ai fait des recherches sur la façon dont nous pouvons améliorer la santé de ces femmes à long terme et surtout rendre le temps qu’elles passent en cuisine plus agréable. Et c’est à ce moment que j’ai découvert l’existence d’un nouveau type de four.

Feu sur 3 pierres

Q : Quelle est la particularité de ses fours ?
CW : Ils seront non seulement économiques, car nous allons diminuer la quantité de bois qu’utilisent les femmes, et la cuisson sera plus rapide, car avec le nouveau four, la chaleur sera concentrée autour de la marmite.

Test prototype

Test prototype 3

Test prototype 2

Q : Comment allez-vous vous les procurer ?
CW : Nous allons travailler avec des soudeurs au Cameroun, qui vont suivre les plans que nous avons déjà élaborés. J’ai effectivement créé un prototype à Montréal en faisant venir le matériel du Cameroun. Après quelques essais, j’ai remarqué que la cuisson était très rapide et que le four chauffait rapidement. Nous avons encore quelques ajustements à faire au niveau de la disposition des matériaux, mais nous pouvons dire que les plans peuvent déjà être mis à exécution.

Q : Avez-vous déjà reçu des subventions pour financer ce projet ?
R : Nous avons obtenu une bourse de LOJIQ (les offices jeunesse internationaux du Québec) pour financer le voyage, et nous avons organisé une collecte de fonds qui nous a rapporté 5240 $. Cet argent servira à créer les 50 premiers prototypes qui seront distribués à plusieurs ONG

Q : Comment se passera la distribution au Cameroun ?
Christelle et Cindy : Nous ferons la distribution des fours en plusieurs étapes. Tout d’abord, Cindy ira au pays s’occuper de tout ce qui concerne le côté administratif. Donc, l’enregistrement de l’entreprise et l’analyse de terrain. Ensuite, Christelle ira à son tour, contacter les soudeurs, faire le montage et distribuer le four au sein de plusieurs familles à Yaoundé, Douala et à l’ouest du Cameroun. Notre partenaire qui se trouve déjà au Cameroun et qui est déjà un spécialiste dans le domaine s’occupera par la suite de faire un suivi auprès de toutes les familles qui auront reçu les premiers fours afin d’évaluer leurs efficacités et de l’améliorer si nécessaire. Nous allons par la suite contacter des écoles de commerces pour continuer la distribution. Nous comptons réaliser et distribuer 1000 fours.

Q : Avez-vous déjà atteint les objectifs souhaités à Montréal ?
Cindy : Pour l’instant nous faisons connaître ce magnifique projet à la diaspora camerounaise de Montréal, à travers les soirées de réseautage, les réseaux sociaux, des cours de danse, etc. Nous souhaitons atteindre le plus de personnes possible, mais ce n’est pas du tout évident, car les Camerounais de la diaspora n’embarquent pas rapidement. Nous avons besoin d’agrandir l’équipe et surtout de faire connaître notre cause et les bienfaits que cela pourrait apporter aux populations.

2e 6@8 reseautage

Gala du REPAF

Q : Quel sera le prochain pays visé après le Cameroun ?
Cindy : Je pense qu’après le Cameroun, le Togo sera le prochain notre prochaine destination. Nous visons plusieurs pays africains, le choix du Cameroun était le plus facile pour nous puisque nous y avons grandi. Mais une fois que nous aurons atteint nos premiers objectifs, nous pourrons parler d’expansion.

Pour aller plus loin :
Site web: http://www.actionmaple.com/
Facebook: https://www.facebook.com/ActionMAPLE/


Cet article a été rédigé par Éva Medi

Bio de Eva: Journaliste, amoureuse de l’actualité politique et économique, touche à tout etc…

Suivez-là sur @Evanelly1

Laisse nous ton commentaire

commentaires