Afro Inspiration : Kahitouo HIEN fondateur de Faso Pro

FasoPro est une entreprise alimentaire à base de produits à base de chenilles de karité. L’entrepreneur Jean-Luc AGBOYIBO est parti à la rencontre de Kahitouo HIEN pour en savoir plus.

Faso Pro 2

Présentez-vous à nos lecteurs. Dites-nous un truc sur votre ville de résidence que nos lecteurs ignorent surement ?

Je m’appelle Kahitouo HIEN, j’ai 28 ans, et je suis Burkinabè. Je suis né à Pana, dans l’ouest du Burkina. Après avoir eu la chance d’aller à l’école (je faisais même partie de la toute première promotion d’élèves de l’école du village !), j’ai quitté mon village pour faire mes études à l’Université de Ouagadougou, en biochimie. C’est là que j’ai découvert que les chenilles, que j’avais toujours consommé par gourmandise, avaient un véritable potentiel nutritionnel : elles sont en effet l’aliment le plus protéiné du pays mais ça … peu de gens le savent ! L’idée d’exploiter ce potentiel a germé dans mon esprit.

J’ai ensuite poursuivi mes études à 2iE (Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement), où j’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur et où j’ai suivi de nombreuses formations en entrepreneuriat, qui m’ont permis de murir mon projet. Après avoir vécu des aventures incroyables pendant mes 2 années à 2iE, j’ai intégré l’incubateur de l’école et je travaille aujourd’hui à temps plein sur FasoPro !

Que veut dire FasoPro ?

“Faso” comme Burkina Faso ; et “Pro” comme protéines ! Nous produisons des aliments hyper protéinés à base de chenilles de karité récoltées au Burkina, afin d’intégrer dans l’alimentation quotidienne des populations un moyen simple de prévenir la malnutrition.

Racontez-nous l’histoire de FasoPro !

Comme je le disais, FasoPro est né de mon envie d’entreprendre pour mon pays et de la découverte des qualités de la chenille de karité. J’ai trouvé là un superbe moyen de valoriser le travail de toutes ces femmes que je voyais autour de moi, pour fabriquer une nouvelle arme contre la malnutrition ! 

Le pari était un peu fou mais … J’y ai cru et j’ai été largement soutenu pour avancer.  

En 2012, sur le conseil de mes encadrants de 2iE, je participe à la Global Social Venture Competition, l’unique compétition internationale de création d’entreprises sociales dédiée aux étudiants et jeunes diplômés. J’ai découvert l’exigence d’une compétition internationale ! Demi-finale à Paris en France, puis finale à Berkeley aux Etats-Unis … J’ai finalement remporté le prix du meilleur impact social en grande finale. Mon projet avait donc convaincu des jurys internationaux, je n’avais plus le droit d’arrêter !

De retour au Burkina, j’ai validé mon diplôme d’ingénieur et j’ai intégré l’incubateur de 2iE pour passer aux choses sérieuses.

L’incubateur ? Qu’est-ce que c’est ?

2iE s’est donné pour mission de former les ingénieurs-entrepreneurs dont l’Afrique a besoin pour relever les défis qui sont les siens aujourd’hui.  En plus des formations techniques, de nombreuses formations aux sciences managériales sont proposées aux étudiants, et des activités complémentaires sont mises en place pour accompagner ceux qui veulent travailler sur un projet de création d’entreprise pendant leurs études. 

Une fois diplômés, ceux qui veulent réellement créer leur entreprise peuvent demander à intégrer l’incubateur pour se concentrer exclusivement sur leur projet. Si le projet est accepté (ce qui a été mon cas), l’entrepreneur est accompagné par 2iE de 6 à 24 mois pour développer ses prototypes, structurer un business plan solide, et créer officiellement son entreprise.  Tous les moyens sont mis à la disposition des porteurs de projet pour concrétiser leur idée ! Pour ma part, l’accompagnement m’a permis de créer Toumou’Délice, le premier produit FasoPro, et de penser mon projet en grand, d’être encore plus ambitieux que ce que je pensais au départ. J’ai pu travailler avec des experts de nombreux domaines, être accompagné par des stagiaires recrutés spécifiquement pour travailler sur FasoPro, entrer en contact avec de nombreux laboratoires en France pour valider mes produits, et mobiliser les premiers fonds nécessaires au lancement de mon entreprise.

Laisse nous ton commentaire

commentaires