Afro Inspiration : Angèle MBARGA, Présidente Fondatrice de Fibrome Info France

Nous nous sommes entretenus avec Angèle MBARGA, Présidente fondatrice de Fibrome Info France, au sujet des actions de son association.

L’association Fibrome Info France a une triple vocation: informer et sensibiliser les femmes sur le fibrome utérin, rompre l’isolement des femmes confrontées à cette maladie, initier et favoriser la mise en place d’actions de prévention à destination des femmes à risque, en l’occurrence:

  • les femmes âgées de 20 à 50 ans et les femmes en pré-ménopause
  • les femmes ayant des antécédents familiaux de fibromes
  • les femmes originaires d’Afrique et des Caraïbes
  • les femmes sans enfant
  • les femmes en surcharge pondérale
Diasportrait – Angèle MBARGA, Présidente fondatrice de Fibrome Info France

Comment avez-vous pris connaissance de cette maladie?

J’ai véritablement pris connaissance de cette maladie en 2009 lorsque j’y ai été confrontée. J’en avais très vaguement entendu parler quelques années auparavant, dans ma famille concernant le cas d’une cousine, qui en souffrait et qui avait du mal à avoir un enfant.

Quelles ont été vos motivations à créer l’association Fibrome Info France?

Ayant été confronté à titre personnel à cette maladie, c’est suite à ma propre expérience que j’ai créé l’association. La détresse dans laquelle je me trouvais a été le principal catalyseur de ce projet et en pensant à la solitude des autres femmes confrontées à cette maladie, la création de l’association s’est imposée à moi. À partir de ce moment-là, je me suis retroussé les manches et me suis jetée à l’eau.

Offrez-vous des services de soutien psychologique ou groupe de discussion pour les femmes atteintes de la maladie?

À l’association, nous libérons la parole en encourageant les femmes à parler. Je recueille les témoignages des femmes à huis clos et pendant nos réunions, nous partageons collectivement nos expériences.

En janvier 2013, votre association célèbrera ces 2 ans d’existence. Pouvez-vous nous faire part d’une action marquante réalisée par votre association?

Dans le cadre de nos actions d’information et de sensibilisation des femmes sur le fibrome utérin, nous avons réalisé au mois de juin 2012 un spot vidéo de sensibilisation qui est diffusé actuellement sur Facebook et YouTube.

Quels sont les prochains défis de la Fondation en terme de sensibilisation et d’information auprès des femmes et des médias?

Le lancement de notre campagne de sensibilisation nationale le 18 janvier 2013 en partenariat avec la Cité de la santé sera notre prochaine action d’envergure. Cette campagne de sensibilisation se déroulera tout au long de l’année 2013 et sera marquée par des conférences et tables rondes-débats. Dans le cadre de cette campagne, des dépliants d’information seront mis à la disposition des femmes en libre accès dans les hôpitaux et les centres médicaux dans l’optique de sensibiliser le plus grand nombre de femmes à cette maladie.

D’après les statistiques, cette maladie touche davantage les femmes noires. Pensez-vous étendre vos actions au continent africain?

Ce n’est pas exclu. Le fibrome utérin est une maladie qui touche en effet un nombre important de femmes noires : 50% selon un rapport de l’AFSSAPS. Il est important que les femmes du continent africain soient sensibilisées le plus tôt possible à cette maladie dont les complications peuvent être lourdes de conséquences, notamment pour les femmes confrontées à un âge jeune à cette maladie. Toujours selon les statistiques, les femmes noires développent des fibromes à un âge plus jeune que la moyenne et sont confrontées à un taux de récidive plus important. Les femmes du continent africain doivent de ce fait prendre en compte ces données et commencer à s’organiser en parlant de cette maladie aux plus jeunes afin de permettre à celles qui pourraient y être confrontées d’être prises en charge médicalement à temps.

Quel message particulier souhaiteriez-vous adresser à nos lectrices?

Les femmes doivent briser les tabous qui entourent cette maladie pour en réduire les complications souvent dramatiques, notamment en matière de maternité. L’infertilité fait partie des complications de cette maladie. De même que l’on fait un frottis pour prévenir le cancer du col de l’utérus, j’encourage les femmes à faire tous les ans une échographie pelvienne. Cet examen permet de diagnostiquer la présence de fibrome dans l’utérus. Plus vite les fibromes sont diagnostiqués, mieux on en limite les complications ! Notre site internet regorge d’informations sur cette maladie, j’invite vos lectrices à parcourir régulièrement nos rubriques afin de s’informer.

Afrokanlife remercie Angèle MBARGA pour ses actions et lui souhaite bonne continuation!

Laisse nous ton commentaire

commentaires