Les diplômés africains préfèrent aujourd’hui retourner dans leurs pays

Partis à l’étranger pour poursuivre leurs études, de nombreux diplômés africains préfèrent aujourd’hui retourner définitivement dans leurs pays pour y travailler.

Un phénomène qui n’est pas étranger à l’insolente croissance qu’affiche le continent depuis 10 ans. Rentrer en Afrique et apporter ses compétences et son expérience est une évidence pour beaucoup de jeunes diplômés et même pour certains travailleurs de la diaspora, en poste parfois depuis une dizaine d’années en France.

Le retour au pays natal ne s’inscrit plus sur un cahier laissé aux oubliettes des bonnes résolutions. Il est devenu une immédiateté spontanée au gré du contexte économique européen mais aussi grâce au regard plein d’espoir sur la croissance et les nouvelles opportunités en Afrique.

Projet d’un retour au pays natal

« Un retour ? » S’interroge Aïssatou Diagne, récente titulaire d’un Master en conseil et stratégie de banques. Mais c’est logique qu’on reparte travailler en Afrique, dans nos pays qui nous ont formés même si la France y a grandement participé ». Employé d’une grande banque à la Défense (un quartier d’affaires en région parisienne, ndlr), Joseph Minka, Camerounais de 30 ans, abonde dans le sens de la jeune Sénégalaise. « Je suis dans une phase accrue de recherche d’un emploi en Afrique même si je suis en activité en France ». Pour Latyr Mbodji, diplômé en Finances, la question du retour a toujours jalonné ses projets de vie et professionnel. « On est en France par obligation familiale vu l’investissement que nos proches ont consenti pour nos études. Mais personnellement après 9 ans d’expérience, il est temps de repenser à rendre ce que le Sénégal m’a apporté en me formant gratuitement du primaire à l’Université ».

Lire la suite sur africadiligence.com

Laisse nous ton commentaire

commentaires