impact_montreal_celebration_foule

Le renouveau attendu sous Rémi Garde semble terne et beaucoup trop familier.

On est en construction dans un plan de quatre ans. Je n’ai pas l’intention d’attendre deux ans avant d’avoir des résultats – Rémi Garde

Le mandat de Rémi Garde est assez clair. L’Impact de Montréal doit se hisser parmi les élites de la MLS, notamment la conférence de l’Est. Il va (et doit) non seulement apporter du jeu et la fameuse touche lyonnaise, mais aussi un certain réalisme sur le terrain.

Mais plusieurs facteurs et choix faits par le club mettent des embûches sur le chemin vers l’élite MLS. Alors que la compétition s’améliore, le Bleu-Blanc-Noir stagne à moins d’une semaine de l’ouverture de la saison 2018.

Mercato Interruptus

“C’est vrai que j’ai essuyé pas mal d’échecs [transferts et signatures avortées], mais le mercato se rouvrira au mois de juin. On va faire en sorte que ça fonctionne et j’ai de très bons espoirs.”

C’est ce que répond Rémi Garde vers la fin de son scrum média au Centre Nutrilait, plus tôt cette semaine. Loin d’être rassurant pour le supporter du Bleu-Blanc-Noir, le plan de l’Impact n’est pas de rester inactif et statique dans une conférence de l’Est qui s’améliore chaque saison.

Et une lueur d’espoir est survenue quelques secondes après. Lorsqu’on demande à Garde s’il “a fait son deuil” sur la possibilité d’améliorer l’effectif de l’équipe entre maintenant et l’été, il répond d’un simple “non” accompagné d’un sourire.

En espérant que ce sourire est un signe positif pour des arrivées imminentes.

Le club, ainsi que Garde, n’a pas caché la difficulté de renouveler l’effectif pour la saison 2018. En plus de remplacer des joueurs en partance, l’effectif avait besoin de se réinventer en allant cherchant des profils différents.

Le cas Saphir Taider est l’exemple parfait qui représente les ambitions de jeu de Rémi Garde, profitant de l’empire football de Joey Saputo via son 2e club, le FC Bologne. En terme de volume, on a l’impression que le club a recruté énormément, mais la difficulté d’avoir un XI partant établie semble prouver le contraire.

Si on a remplacé les départs, l’Impact avait besoin de joueurs en terme de qualité autant parmi les titulaires que sur le banc. Le débat sur la profondeur relative du club semble revenir chaque année depuis 2012.

Ça devient gênant, répétitif et prévisible.

L’effet terrain

La blessure de Zakaria Diallo est catastrophique pour un effectif avec une profondeur quasi inexistante. Si on s’inquiétait du côté droit de l’attaque ou du rendement hypothétique de Mancosu, la défense centrale avait besoin de renfort bien avant le départ de Ciman et l’arrivée de Diallo.

La convalescence de Kyle Fisher était connue d’avance et rien n’indique que Thomas Meilleur-Giguère était prêt à faire partie d’une rotation parmi les défenseurs centraux. Le manque de minutes pour le jeune Thomas avec le Fury d’Ottawa, un partenariat USL-MLS douteux et inutile sportivement au moment où on se parle, fait mal à l’Impact.

Les certitudes existent dans la vision football de Rémi Garde en établissant une colonne vertébrale dans la construction du Jeu. Avec Piette, Piatti et Taider (la PTT pour les français), l’entraîneur français va s’appuyer sur les 3 joueurs qui ont des caractéristiques complémentaires : âge, expérience, profil et poste.

Le 4e joueur dans cette colonne vertébrale était Zakaria Diallo, le remplaçant naturel de Laurent Ciman. Cette tâche sera désormais assignée à Victor Cabrera qui a le potentiel d’être ” El Jefe” de la défense.

Il peut le faire. Il doit le faire.

Je n’ai plus besoin de me prononcer sur Mancosu. Les attentes sont tellement basses que l’attaquant italien ne peut que réussir.

Positivisme relatif

Croyez-le ou pas, il y a du positif malgré un mercato décevant (voir les besoins flagrants et la compétition dans l’Est) et des incertitudes qui n’ont pas lieu d’être. Mathématiquement, l’Impact a besoin de survivre jusqu’au mercato d’été en attendant les renforts.

On parle quand même de plus ou moins 17 matchs joués, mais l’esprit guerrier du collectif que Garde a instauré aura un effet positif sur le terrain. La colonne vertébrale du XI montréalais va devoir tenir le coup.

Et la vérité sera toujours et seulement sur le terrain. Sans être un magicien, Garde pue la compétence d’un entraîneur professionnel, le plus compétent des entraîneurs dans l’histoire du club. Il va devoir imbiber son effectif et le club de la touche “Rémi Garde”.

Certains vont devoir se surpasser et se sacrifier quoiqu’il arrive et d’autres vont devoir surprendre.

Si l’Impact de Montréal aime jouer le rôle de l’oublié ou du petit poucet, le début de la saison 2018 est la mise en scène parfaite pour des performances dignes d’un oscar ou d’un césar.


Abonnez-vous sur iTunes

Laissez une note (5 étoiles svp!!) et un commentaire sur Itunes en plus de vous inscrire au fil RSS. Parlez de nous à vos amis, collègues, coéquipiers!

Supportez-nous

Procurez-vous la collection #SoccerLocal de Trop de Poutine

➡ https://tropdepoutine.com/collections/soccer-local


Abonnez-vous à nos médias sociaux

FACEBOOK ➡ https://www.facebook.com/kanfootballclub 

TWITTER ➡ https://www.twitter.com/KanFootClub

Laisse nous ton commentaire

commentaires