Tel un Lion de la Téranga, Hassoun Camara montre ses crocs en ce début de saison 2016.

Ce n’est un secret pour personne que la saison 2015 est un mauvais souvenir pour Hassoun Camara. Même s’il a fait partie de l’effectif durant la fin de saison épique, le défenseur est très déçu d’avoir seulement participé à 9 rencontres.

Même durant la première présaison de Mauro Biello, en tant que seul maître à bord, le statut de Camara était encore incertain avec une blessure, mais son discours était positif. S’il n’était pas physiquement au top, Camara était tout le temps prêt mentalement et saura saisir sa chance lorsque Biello fera appel à lui.

Le Déclic à Seattle

Sa première titularisation en 2016 contre le FC Dallas, son baptême du feu, n’était pas évidente. Il semblait rouillé, mais nous a rappelé l’importance de sa présence physique dans la surface de réparation. Mais c’est contre les Sounders de Seattle qu’on redécouvre le vrai Hassoun Camara.

crédit : MLSSoccer.com
crédit : MLSSoccer.com

Contre un potentiel offensif assez impressionnant, il gère bien défensivement malgré quelques fautes grossières et évitables. Mais c’est son positionnement qui fait plaisir : il est entreprenant, actif sur son coté droit et n’a pas de crainte d’aller droit au but sur le gazon artificiel du Century Link Stadium.

La rage de vaincre

On ne pourra jamais blâmer Hassoun Camara de ne pas être un compétiteur. Toujours au service du collectif, il se fond dans un groupe de défenseurs qui s’impose doucement, mais sûrement comme un des meilleurs de la ligue.

Peu importe qui est sur le terrain, nous sommes tous ensemble – Hassoun Camara

Son but de la tête, celui du 1-0 et de la victoire contre le Crew de Columbus, est évidemment primordial. Non seulement Camara ajoute un but à son compteur, mais il libère son équipe qui va pouvoir gérer le match à sa manière.

Un des originaux de l’aventure MLS de 2012 (et de l’effectif NASL de 2011 avec Evan Bush), l’ascension d’Hassoun Camara est non seulement une belle histoire pour un joueur adoré par sa ville adoptive, mais aussi une option pour le staff pour une saison 2016 remplie d’attentes et de défis.

Et n’oubliez jamais, Hassoun est aussi l’homme qui dab plus vite que son ombre.