Projecteur sur ABaCoDe, association pour développer le basketball en Ouganda

Deux ans après un premier séjour à Kampala, la plus grande ville d’Ouganda, Simon Gillespie et Nicolas Michaud ont remis les pieds en Afrique cet été. Leur mission consistait à offrir la chance à des jeunes de pratiquer le basketball en Ouganda.

Plus de 100 participants étaient du tournoi et pour l’occasion, le ministre des Sports et la ministre de la Jeunesse du pays avaient été invités à y assister. De plus, à la suite de cette compétition, des cliniques d’information pour les entraîneurs et pour les jeunes ont aussi été instaurées. ABaCoDe, ou African Ball and Community Development, est un organisme sans but lucratif, dont l’objectif principal est d’aider les jeunes Africains à travers le sport.

Pourquoi le basketball ? « Parce que c’est notre passion, c’est un sport qu’on connaît bien et parce qu’au départ, on ne voulait pas leur imposer un sport. Dans ce pays, le basketball est une discipline toujours en expansion », mentionne Simon Gillespie, en entrevue avec le journal Les Versants.

En 2008, lors d’un premier voyage en Ouganda, les deux collègues se rendaient sur place afin de vérifier si leur projet était possible, si leur idée pouvait se concrétiser. Cet été, lors de leur retour de mai à août, ils ont conclu un partenariat avec la Mengo Senior School, une école secondaire composée de jeunes de 12 à 18 ans.

En échange d’un vieux terrain de basketball qui appartenait à l’école, les deux Montarvillois s’engageaient à former une équipe avec les étudiants. Au départ, leur projet s’adressait aux jeunes de la rue, qui n’allaient pas à l’école, qui ne faisaient rien de leur journée et ne parlaient pas anglais. « Ce que nous voulions, c’était de prendre les jeunes de la rue et les amener à jouer à autre chose que du soccer, leur inculquer de nouvelles valeurs et leur apprendre un sport collectif.

Grâce à l’école, nous avons rapidement eu accès à un terrain, mais celle-ci désirait quelque chose en échange, souhaitait être aussi gagnante dans cette collaboration », explique Simon Gillespie. En formant une équipe sportive avec les écoliers, les enfants de la communauté avaient en échange aussi accès au terrain.

Retrouvez la suite de leurs passionnantes aventures sur jet7basket.

Laisse nous ton commentaire

commentaires